28 May 2024

Université islamique de Tel Aviv… l’usine du Mossad qui produit des « prédicateurs et moudjahidines islamiques »..!

Créé par Loucine Bénévole Directrice du Bureau Diplomaticnews.net


Il existe de nombreuses méthodes adoptées par le Mossad pour infiltrer les sociétés arabes et islamiques, non seulement dans les pays de la péninsule arabique, mais aussi pour poursuivre la propagation des expatriés musulmans et arabes dans diverses parties du monde. Vous pouvez rencontrer des éléments ou des recrues du Le Mossad où que vous alliez, et cela peut être à tout moment… L’un d’eux est la personne assise en face de vous dans un café, qui vous surveille de près, ou lorsque vous postulez à une opportunité d’emploi, ou même lorsque vous parcourez les réseaux sociaux. Le porte-parole de l’armée d’occupation israélienne, Avichai Adraee, peut s’adresser à vous directement, en utilisant des conversations musulmanes et en parlant leur langue, ou peut-être lorsque vous choisissez le lieu de vos études universitaires, la branche du Mossad continue d’essayer d’embaucher et de recruter des agents et des outils pour servir. ses intérêts.

  • Université d’études islamiques de Tel Aviv
  • L’Université islamique de Tel Aviv, autre branche fondée par le Mossad à la fin des années 1950, est chargée de sélectionner dans ses rangs les étudiants qui professent exclusivement la religion juive, ce qui signifie qu’il s’agit d’une université fermée et non ouverte, en plus de nommer des professeurs ayant une grande précision, qui y sont souvent étroitement liés, et la détermination des sujets. Ce qui sera approuvé, ce qui soulève autour d’elle des points d’interrogation qui suscitent des soupçons. Quelles sont les raisons de consacrer une université à l’enseignement de la religion islamique dans une « société juive » ? Quel objectif le Mossad israélien veut-il atteindre derrière cela ?
  • Selon ce qui a été déclaré sur le site officiel en hébreu de l’université, il s’agit d’un « espace distinctif pour les réunions interconfessionnelles, consacré à l’étude des sciences islamiques et de la charia, de la culture arabe et islamique et de son histoire, et à l’acquisition de connaissances scientifiques et appliquées sur le thème de l’Antiquité ». ” Et la langue arabe classique moderne. Elle organise divers événements intéressants tout au long de l’année. ” Et gratuitement pour organiser des cours de formation et des visites sur le terrain pour en savoir plus sur ces dossiers. “
  • Quant aux matières et domaines de recherche accrédités, l’université dispense les « cours » suivants : le sionisme et Israël d’un point de vue islamique, les fondamentalistes musulmans dans une perspective comparée, l’étude de la pensée de Muhammad Baqir al-Sadr, les relations judéo-islamiques. , droit et doctrine islamiques en Europe, spécialisation en islam politique chiite, dialectes arabes de la région de Galilée et leur grammaire, recherche sur les manuscrits anciens et leur lien avec la littérature juive ancienne et la littérature mondiale, traduction de l’arabe vers l’hébreu et focus sur le cours « De Robinson Crusoé à Harry Potter : les défis de la traduction des langues occidentales vers l’arabe », Société et religion du point de vue de la littérature et du cinéma.
  • Cette université travaille systématiquement et soigneusement à préparer des « informateurs » et des « prédicateurs islamiques » influents et les aide à émerger sur la scène mondiale, en particulier au milieu d’événements qui suscitent une controverse mondiale. qui ont accompagné les événements du soi-disant « Printemps arabe ». Ils ont émis des fatwas « autorisées pour le sang des apostats ». Ironiquement, ces fatwas ont toujours été cohérentes avec la vision israélienne.
  • Le processus de recrutement des agents du Mossad ne se limite pas au côté militaire et aux services de renseignement, mais s’étend plutôt au recrutement culturel, afin qu’il puisse envahir les communautés entourant « Israël » qui refusent d’établir son prétendu « État » et qui appartiennent à un groupe musulman. En étudiant attentivement l’histoire arabo-islamique, il construit de sérieuses opportunités, en raison de sa capacité à la déformer, en plus d’essayer de s’identifier à l’environnement qui continue de « dissocier Israël » de ses terres.
  • Le processus de recrutement des agents du Mossad ne se limite pas au côté militaire et aux services de renseignement, mais s’étend plutôt au recrutement culturel, afin qu’il puisse envahir les communautés entourant « Israël » qui refusent d’établir son prétendu « État » et qui appartiennent à un groupe musulman. En étudiant attentivement l’histoire arabo-islamique, il construit de sérieuses opportunités, en raison de sa capacité à la déformer, en plus d’essayer de s’identifier à l’environnement qui continue de « dissocier Israël » de ses terres.
  • Pour recruter des agents, le Mossad s’appuie sur un plan très précis et systématique pour atteindre ses objectifs, à travers le mécanisme suivant :
  • Le processus de formation est encadré par des psychologues, des sociologues, des politologues et des spécialistes de la communication.
  • Le « prédicateur » affilié doit être prêt à communiquer et à traiter avec les musulmans.
  • Le « prédicateur » est façonné conformément aux conditions islamiques en termes d’apparence, de langue, de manière de parler et de nom. La désignation est choisie à condition qu’elle soit ambiguë, comme lui dire : Abu Musab al-Shishani ou Abu Junaid al – Shamali…
  • Le processus de préparation prend beaucoup de temps, jusqu’à ce que le « prédicateur » acquière une connaissance des croyances islamiques, des questions jurisprudentielles et de la langue arabe, afin qu’il soit capable de les employer dans tous les cas de besoin, comme annoncer des fatwas du « jihad ».
  • Le lien organique avec le Mossad et la formation de haut renseignement, ce qui fait que le Mossad crée ce diplômé, le prépare spécialement et lui fait incarner le « Cheikh musulman ». Dans ce contexte, Benjamin Ephraim était l’un de ces modèles, puisqu’il s’est fait passer pour l’imam d’une mosquée en Libye sous le nom d’« Abu Hafs ». Il a reconnu son appartenance au Mossad.
    Ces recrues sont généralement prêtes à devenir à tout moment les dirigeants d’organisations armées « jihadistes », et l’expérience de l’Etat islamique et de ses partisans « jihadistes » est encore devant nous.
    Malgré les efforts déployés par « Israël » dans ce domaine et ses intentions malveillantes qui se sont traduites par les événements survenus en Libye, en Égypte, en Irak, en Syrie et dans d’autres pays, il n’a pas réussi à saper l’unité islamique et à différencier les sectes, voire à déformer les faits historiques pour lesquels l’université a été fondée, qui fait partie d’une série d’échecs qui ont frappé l’entité après l’échec militaire et de renseignement qu’elle a subi lors de sa dernière bataille avec la bande de Gaza.