29 May 2024

7 octobre : Des avions israéliens ont bombardé aveuglement les Israéliens pour éliminer les combattants du Hamas. Directive Hannibal activée

Édité par ALY BAKKALI TAHIRI

Source : almanar.com.lb, Haaretz

Une enquête de la police israélienne dont les conclusions ont été publiées par le quotidien israélien Haaretz a révélé que l’aviation militaire israélienne a bombardé la foule qui a fui Supernova music festival, organisé dans le kibboutz Ra’im, dans l’enveloppe de Gaza, le jour du lancement par le Hamas de l’opération Déluge d’al-Aqsa, le 7 octobre dernier.

Le Haaretz rapporte aussi que les combattants du Hamas qui ont participé à cette opération n’étaient pas au courant au préalable de cet évènement musicale et ont dû être alertés par leurs drones ou leurs parachutistes qui, en traversant l’enveloppe de Gaza, ont vu les Israéliens sortir dans les rues. Ils en ont informé les combattants au sol au moyen de leurs moyens de communication. Lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux, ils ont été bombardés par l’aviation israélienne et avec eux les participants à la Rav party.

Une vidéo enregistrée sur une caméra de corps d’un membre du Hamas montre ce dernier demander à un Israélien qui avait été capturé dans un autre lieu la direction pour se rendre à Re’im. Les sources de la police révèlent aussi que les premiers hommes armés qui étaient arrivés sur les lieux étaient venus de la rue 232 et non pas de la barrière frontalière.

haaretz

Selon l’enquête, un hélicoptère militaire Apache qui avait décollé de la base Ramat David a ouvert le feu sur les lieux de la fête.Plus de deux douzaines d’hélicoptères d’attaque ont tiré d’énormes quantités d’obus lourds et de missiles Hellfire (fabrication américaine) sur les lieux, a confirmé l’armée de l’air israélienne.« L’aviation militaire israélienne ne savait pas ce qui se passait sur le terrain parce que le Hamas avait attaqué la Division de Gaza et neutralisé tous les équipements de communication », rapporte le Haaretz.Et des pilotes israéliens ont reconnu qu’ils ont pu bombarder des Israéliens parce qu’ils ne savaient pas l’endroit qu’il devait bombarder.Ils avaient pour ordre de « tirer sur tout » et ne pouvaient pas distinguer les Palestiniens des civils israéliens, selon le Haaretz.

C’est en examinant les cadavres des tués et les voitures que les enquêteurs israéliens ont commencé à douter de la première version officielle qui a accusé le Hamas.Ils étaient entièrement calcinés, sachant que les Brigades al-Qassam, ne possèdent pas les armes incendiaires appropriées.

Certains des dégâts constatés n’ont pu être causés que par des armes du type de celles des hélicoptères US Apache, pas de simples fusils d’assaut, selon l’enquête.Le journal a cité un haut responsable anonyme de la police d’occupation qui a déclaré : « D’après nos estimations, environ 4 400 personnes étaient présentes à l’événement, et la grande majorité d’entre elles ont pu s’échapper après que la décision de disperser le festival ait été prise quatre minutes après la salve de roquettes tirée ».Mais 364 d’entre eux ont péri, selon les chiffres officiels qui ont rendu compte de 1200 tués. Ce bilan a été revu à la baisse par rapport aux 1400 déclarés au début, après avoir recensé 200 cadavres des combattants du Hamas.Des zones d’ombre demeurent dans cette enquête et ne sauraient passer inaperçues d’autant qu’il est difficile de croire que les pilotes des Apaches n’ont pas vu les Israéliens qui accouraient dans tous les sens en ouvrant le feu sur les combattants palestiniens.Ou auraient-ils appliqué sur eux la Directive Hannibal laquelle permet de tuer un soldat israélien pour empêcher qu’il ne soit capturé ?Cette directive, quoique très contestée parmi les Israéliens, a été appliquée deux fois au moins : en l’an 2000, lorsque le Hezbollah a enlevé trois soldats israéliens dans la région des hameaux de Chebaa occupée et en 2006, lorsqu’il en a capturé deux. Dans les deux situations, les avions israéliens ont été dépêchés pour bombarder les voies de leur évacuation au risque de la vie des soldats israéliens.Une thèse qui ne saurait être mise à l’écart, alors que cette directive est actuellement entièrement appliquée dans l’offensive israélienne contre la bande de Gaza, où les bombes israéliennes pleuvent depuis 44 jours, en dépit de la présence dans l’enclave des 240 israéliens faits prisonniers dans l’opération Déluge d’al-Aqsa.