16 April 2024

À court de nourriture, les moulins de Gaza sont sans farine

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Urgent.. Le Bureau des médias du gouvernement : Le nombre de martyrs s’élève à plus de 11 100, dont plus de 8 000 enfants et femmes.

Source : AL QODS AL-ARABI

Gaza – « Al-Quds Al-Arabi » : De minuit à midi, le citoyen Khaled Abu Muammar de la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza, fait la queue, dans l’espoir de recevoir une miche de pain à partager entre ses enfants. J’aimerais qu’il l’obtienne, car le bruit des obus a fait taire le rugissement des moulins et maintenant les boulangeries de Gaza sans farine.
Abu Muammar raconte à Al-Quds Al-Arabi les difficultés liées à la recherche de nourriture et d’une miche de pain : « Aujourd’hui, j’ai quitté ma maison et j’ai dormi devant la boulangerie Al-Sham pour pouvoir obtenir une miche de pain, et j’ai dormi devant la boulangerie Al-Sham. je ne pouvais obtenir que dix miches de pain, que je partage entre mes enfants à l’heure du déjeuner.
Il y a une semaine, Abou Mouammar n’était pas obligé de se tenir devant les boulangeries, car chez lui, il y avait de la farine pour le pain, mais après avoir manqué d’autres produits alimentaires, il a été contraint de chercher de quoi satisfaire la faim de sa famille, comme il le dit. . L’homme d’une vingtaine d’années ajoute : ” Faute totale de produits de première nécessité dans les épiceries, j’ai finalement trouvé une boîte de biscuits de taille moyenne. Pour que la boîte dure longtemps, je distribue deux extrémités des biscuits à ma famille au petit-déjeuner et au dîner, avec un verre d’eau.
Il ne restait que quelques sacs de papier de soie dans le magasin de Khaled Qandil, devant le complexe médical Nasser à Khan Yunis. Il a expliqué lors de son entretien avec « Al-Quds Al-Arabi » qu’après que toutes les denrées alimentaires et les fournitures dans son magasin se soient épuisées, les citoyens n’ont plus rien trouvé à acheter parce que les marchandises n’étaient plus disponibles sur les marchés et les magasins commerciaux. en raison de la fermeture continue des points de passage par Israël et de l’empêchement de l’entrée de marchandises dans la bande de Gaza.
Le gouvernorat de Khan Yunis, où vivaient environ 300 000 personnes il y a un mois, est désormais devenu un refuge pour plus d’un million de personnes déplacées de Gaza, ainsi que des villes de Beit Lahia, Beit Hanoun et Jabalia au nord de la bande de Gaza, et du leur nombre augmente chaque jour, ce qui a mis la pression sur les services et stoppé toute forme de vie.
Muhammad Al-Ghalban (50 ans), un habitant de Khan Yunis, déclare : « Un sac de farine à pain, qui coûtait 35 shekels avant la guerre et le siège, est maintenant vendu 150 shekels s’il existe, en raison “Je la connais par son nom dans la ville de Khan Yunis, de 32 informateurs à seulement 3.”
Al-Ghalban et son fils cherchèrent un sac de farine mais ne le trouvèrent pas. Il poursuivit à Al-Quds Al-Arabi : « Si nous trouvons un produit alimentaire aujourd’hui, nous ne le trouverons pas demain, en raison de la demande accrue de produits alimentaires. les marchandises, et il n’y a rien dans les magasins.
Mes enfants ne dorment pas :
« En tant que jeune homme, je peux supporter des journées sans manger et me débrouiller seul. n entretien à Al-Quds Al-Arabi, « ces enfants souffrent de maladies chroniques et d’un manque d’intelligence en raison de l’impact sur la croissance, notamment à la lumière du manque de médicaments complémentaires et de vitamines nécessaires. , en plus de l’impact de la guerre contre la famine sur les mères qui allaitent et sur leur production du lait maternel nécessaire. » Pour achever le développement des nourrissons et de leur cerveau.
Il a ajouté : « Tous les aspects négatifs que nous avons mentionnés entraîneront des retards dans l’apprentissage, et les élever dans la violence, les traumatismes et la peur constante entraînera des interactions violentes avec leurs pairs et avec les autres, et les affectera à mesure qu’ils grandissent ainsi que leurs familles en tant que personnes. résultat.”
À côté du médecin se trouvait son ami, qui travaille comme professeur d’arabe à l’école Muhammad al-Najjar, dans le centre de la ville. Il a déclaré : « C’est la guerre que l’occupation mène dans la bande de Gaza en parallèle avec la guerre brutale. guerre de famine, de siège complet et empêchant l’entrée du carburant et de la nourriture, et de destruction des puits et des stations d’énergie solaire qui alimentent les puits. » « Les sources d’eau et les usines de dessalement représentent absolument une guerre de génocide et de nettoyage ethnique. »
Lors d’un entretien avec Al-Quds Al-Arabi, le professeur de langue arabe a décrit cette guerre comme « la forme la plus odieuse de massacres et de crimes dans le cadre d’un défi évident de l’État occupant à l’histoire, au présent, à l’avenir et à l’humanité. empêche les gens d’avoir accès à l’eau, à la nourriture et aux médicaments, c’est un message clair que les sionistes ne voient les Palestiniens que comme des animaux humains. » Ils les ont décrits, essayant de leur imposer la loi de la jungle, ne reconnaissant pas leur droit à être partenaires de ce monde avec leur humanité et faire partie de la civilisation dont Israël chante et dont la communauté internationale se déchaîne jour et nuit.
En plus de la crise alimentaire, la bande de Gaza souffre d’une crise de l’eau sans précédent : avant la guerre, la part d’eau par habitant à Gaza était de 80 litres par jour, mais aujourd’hui, le quota quotidien typique n’est que de 3 litres, selon « The Revue « Économiste ».
La majeure partie de l’eau provient de puits agricoles, qui ont propagé des maladies, des épidémies et des sécheresses parmi les habitants de la bande de Gaza et leurs enfants, qui sont obligés de boire de l’eau stagnante polluée et de l’eau de mer pour mouiller leur salive et préparer du lait maternisé. Les habitants de la bande de Gaza souffrent également d’un mauvais assainissement, car se laver est devenu un luxe qu’ils doivent oublier et supporter les conséquences des maladies cutanées.

Mais j’ai mes enfants qui parfois ne dorment pas à cause de la faim », une phrase prononcée par Suhaib Abu Jame’, l’une des personnes déplacées de la ville de Bani Suhaila à Khan Yunis, exprimant son inquiétude, sa tristesse, son impuissance et l’oppression de Il a ajouté lors de son discours à « Al-Quds Al-Arabi » : « Les boulangeries ne fonctionnent pas, pas plus que l’aide alimentaire qui est fournie. » Les pays donateurs l’ont envoyé naturellement dans la bande de Gaza, et même les magasins de nourriture et les marchés sont désormais vides de produits d’épicerie, de conserves et de toutes sortes d’aliments.
Suhaib et des milliers de personnes comme lui ne savent rien d’autre que d’attendre chaque jour dans cette longue file d’attente, dans l’espoir d’obtenir un morceau de pain pour nourrir leurs enfants sans défense.
L’universitaire Dr Salem Qadeeh confirme que cette famine tangible dans divers refuges et centres de la bande de Gaza affectera définitivement l’avenir des enfants de Gaza et leur santé physique et psychologique.

Il a décrit cette guerre comme « la forme la plus odieuse de massacres et de crimes dans le cadre d’un défi évident de l’État occupant à l’histoire, au présent, à l’avenir et à l’humanité. empêche les gens d’avoir accès à l’eau, à la nourriture et aux médicaments, c’est un message clair que les sionistes ne voient les Palestiniens que comme des animaux humains. » Ils les ont décrits, essayant de leur imposer la loi de la jungle, ne reconnaissant pas leur droit à être partenaires de ce monde avec leur humanité et faire partie de la civilisation dont Israël chante et dont la communauté internationale se déchaîne jour et nuit.
En plus de la crise alimentaire, la bande de Gaza souffre d’une crise de l’eau sans précédent : avant la guerre, la part d’eau par habitant à Gaza était de 80 litres par jour, mais aujourd’hui, le quota quotidien typique n’est que de 3 litres, selon « The Revue « Économiste ».
La majeure partie de l’eau provient de puits agricoles, qui ont propagé des maladies, des épidémies et des sécheresses parmi les habitants de la bande de Gaza et leurs enfants, qui sont obligés de boire de l’eau stagnante polluée et de l’eau de mer pour mouiller leur salive et préparer du lait maternisé. Les habitants de la bande de Gaza souffrent également d’un mauvais assainissement, car se laver est devenu un luxe qu’ils doivent oublier et supporter les conséquences des maladies cutanées.