4 March 2024

Maroc : 11 arrestations, dont le directeur de l’hôpital Ibn Baja (Taza)

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

clinique hôpital MarocFAITS DIVERSNATIONALSANTÉSOCIÉTÉMaroc : 11 arrestations, dont le directeur de l’hôpital Ibn Baja (Taza)LPJMnovembre 24, 2023Spread the loveMAROC : 11 ARRESTATIONS, DONT LE DIRECTEUR DE L’HÔPITAL IBN BAJA DE TAZALes agents de la police judiciaire de Fès ont procédé à l’arrestation de 11 individus, dont le directeur de l’hôpital provincial Ibn Baja de Taza. Les accusations portées à l’encontre du directeur de l’établissement et de ses collaborateurs sont liées à la vente de matériel médical à des cliniques privées.La brigade régionale de la police judiciaire spécialisée dans les crimes financiers à Fès a élargi son action en arrêtant au total 14 personnes, parmi lesquelles figure le directeur de l’hôpital provincial Ibn Baja de Taza. Ces individus sont soupçonnés d’avoir facilité la cession de matériel médical appartenant à l’hôpital à des cliniques privées opérant dans la région. Selon des sources proches de l’enquête, le procureur général du Roi près la cour d’appel de Fès a décidé de libérer trois des suspects tout en plaçant en garde à vue les 11 autres.Tous les prévenus seront traduits en justice et comparaîtront devant deux substituts du procureur général du Roi lors d’une audience prévue pour le dimanche suivant. La liste des personnes impliquées comprend le directeur du centre hospitalier, ainsi que sept fonctionnaires et techniciens de l’établissement. Trois responsables d’une clinique privée et d’un centre de dialyse sont également visés par des accusations liées à l’acquisition de matériel médical provenant de l’hôpital public.

L’origine de l’affaire remonte à une instruction du procureur général du Roi près la cour d’appel de Fès, qui a ordonné à la brigade régionale de la police judiciaire d’ouvrir une enquête sur la disparition suspecte de matériel médical de l’hôpital provincial.L’enquête a également révélé que ce même matériel avait été repéré dans une clinique et un centre de dialyse de la même ville. Dans une tentative de dissimulation, la direction de l’hôpital provincial Ibn Baja de Taza a organisé une vente aux enchères du matériel prétendument inutilisable. Les enquêteurs ont minutieusement examiné la liste des équipements vendus comme ferraille, identifiant deux sociétés basées à Casablanca comme acquéreurs.Par la suite, une visite a été effectuée à la clinique et au centre de dialyse mentionnés, où le directeur provincial a confirmé que les équipements recherchés avaient été fournis par l’hôpital. Ces équipements comprenaient des appareils de diagnostic, des lits médicaux ainsi que du matériel chirurgical. L’enquête a également mis en lumière que l’acquisition initiale de ce matériel médical avait été effectuée à travers des marchés publics.Il est important de souligner que l’hôpital provincial Ibn Baja de Taza fait face à une grave pénurie d’équipement médical, exacerbant ainsi les conséquences de cette affaire sur la prestation des soins de santé dans la région.