16 April 2024

100 % des cas d’autopsie « décédés subitement » ont un lien de causalité avec le vaccin COVID, selon un examen

Edité par Aly BAKKALI TAHIRI le Co-directeur de Diplomaticnews.net

Le 19-08-2023

Source : vigilantnews.com

“Nous avons maintenant des preuves positives dans les autopsies dans des cas comme celui-ci : 100 % du temps, il s’agit d’une myocardite mortelle induite par le vaccin.”

18 août 2023Santé100 % des cas d’autopsie « décédés subitement » ont un lien de causalité avec le vaccin COVID, selon un examen”Nous avons maintenant des preuves positives dans les autopsies dans des cas comme celui-ci : 100 % du temps, il s’agit d’une myocardite mortelle induite par le vaccin.”ParLe renard vigilantLe monde a observé attentivement les conséquences de la campagne de vaccination contre le COVID-19, en particulier à la lumière des préoccupations préoccupantes concernant la myocardite induite par le vaccin. La vidéo ci-dessous présente les gros titres de jeunes qui s’effondrent et meurent de façon inattendue au cours des huit derniers mois seulement.”Le monde entier est nerveux”, a déploré le Dr Peter McCullough , cardiologue de renommée mondiale, “en regardant ce [phénomène de “mort subite”]”. Il a rejoint Del Bigtree sur The Highwire jeudi, expliquant comment la FDA savait, à l’avance, que la myocardite induite par le vaccin allait être un problème.Voici la chronologie :• En octobre 2020, lors de sa réunion VRBPAC, la FDA a déclaré que la myocardite pourrait être une conséquence potentielle des vaccins COVID.• En juin 2021, la FDA américaine a reconnu publiquement que les vaccins pouvaient provoquer une inflammation cardiaque ou une myocardite.• Historiquement, la myocardite était une condition médicale connue, résultant parfois de virus comme le parvovirus et le coxsackievirus. Les patients diagnostiqués avec une myocardite étaient traditionnellement déconseillés de faire de l’exercice , étant donné le risque d’arrêt cardiaque dû à une montée d’adrénaline, en particulier tôt le matin.Cela nous amène aux préoccupations actuelles découlant de la vaccination contre le COVID-19.Comme l’a souligné le Dr McCullough , il existe désormais un corpus substantiel de travaux – 800 articles évalués par des pairs , pour être précis – consacrés à la myocardite induite par le vaccin. Notamment, deux études de cohorte de Mansuguan et Beurgin & Mueller ont indiqué une statistique inquiétante : après la vaccination, en particulier avec les deuxième et troisième doses, 2,5 % des participants présentaient des signes de lésions cardiaques . Compte tenu du nombre considérable de vaccinés dans le monde, cela se traduit par un nombre important d’individus.

La nature de ces dégâts est importante.

Les cœurs sains reposent sur un système de conduction électrique harmonisé, assurant une dépolarisation et une repolarisation uniformes. Tout dommage, même mineur, au tissu cardiaque peut perturber ce système. Ces dommages ou cicatrices peuvent entraîner une dépolarisation lente à travers la zone affectée, une condition qui prépare le terrain pour la rentrée. Cette rentrée peut entraîner une condition appelée tachycardie ventriculaire (TV), un rythme cardiaque rapide qui peut être observé chez les personnes touchées pendant de brèves durées. Si cet état se détériore davantage, il peut en résulter une fibrillation ventriculaire – une situation grave où la personne affectée peut s’effondrer soudainement.