4 March 2024

L’accord de pêche du passé et la grande confusion à Rabat. Un coup européen douloureux aux rêves expansionnistes du Maroc !

Edité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Source : chourouk online.

Un coup européen douloureux aux rêves expansionnistes du Maroc

2023/07/17

Un coup européen douloureux aux rêves expansionnistes du Maroc.

Les archives, Lundi 17 juillet 2023, l’accord de pêche signé entre le régime marocain du makhzen et l’Union européenne prend fin, après quatre ans de polémique politique et de conflit judiciaire entre Rabat et Bruxelles, sur la légalité de cet accord, qui a été abandonné par la justice européenne par une décision qui a été portée en appel par Rabat et Bruxelles.

Avant que cet accord n’arrive à son terme, l’Union européenne avait annoncé en juin dernier qu’elle n’avait pas l’intention d’engager de nouvelles négociations pour le prolonger, mais des déclarations de différents responsables européens ont confirmé qu’ils ne renouvelleraient pas l’accord à moins que la justice européenne ne décide la décision de justice en appel, qui a jugé l’illégalité de cet accord, car il comprend les terres désertiques occupées par le régime marocain des entrepôts, que la justice européenne a considérées comme des terres non soumises à la souveraineté marocaine.

L’Union européenne avait l’habitude d’entamer des négociations avec le Royaume du Maroc pour renouveler l’accord de pêche des mois avant la fin du contrat, une situation qui n’a pas été enregistrée cette année.L’Espagne contrôle la majorité des navires qui pêchent dans les eaux territoriales des terres du Sahara occidental, avec le Maroc, sur la base de l’accord expiré, par 93 navires sur un total de 128 navires européens, en échange d’environ 52 millions d’euros, dans un petite quantité qui ne reflète pas la polémique politique qui a accompagné la fin de l’accord, qui indique que le régime marocain visait à pousser l’Union européenne à reconnaître implicitement sa souveraineté sur les terres du Sahara occidental, et à ne pas percevoir de compensation matérielle pour le niveau de pillage des eaux territoriales marocaines aux mains des pêcheurs européens.En septembre 2021, la Cour de l’Union européenne a annulé l’accord et tranché en faveur du Front Polisario en tant que représentant unique et légitime du peuple sahraoui, l’accord ayant été conclu sans le consentement des Sahraouis. Cependant, le Conseil européen et la Commission a fait appel de la décision en décembre de la même année, pour justifier le maintien du texte de l’accord expiré. Les Européens ont reconnu l’impossibilité de renouveler l’accord avant que la justice européenne ne se prononce sur le recours attendu avant la fin de cette année.Cette année, par la Cour de justice européenne, qui avait auparavant annulé en septembre les accords de commerce et de pêche entre l’Union européenne et le Maroc.

L’année 2021 est regrettable pour le régime marocain que les relations entre Rabat et Bruxelles souffrent d’une crise de confiance sans précédent, incarnée par la dernière condamnation du régime marocain par l’Union européenne jeudi dernier, sur fond d’ingérence dans la politique intérieure de les pays de l’UE et son soutien aux partis politiques de droite, comme cela s’est produit lors du récent scandale des élections législatives.

En Italie, une condamnation passée dans un silence suspect par les médias marocains.

Cette condamnation s’ajoute à de nombreuses autres condamnations contre Rabat émises par Bruxelles au cours de l’année en cours dans une scène remarquable, confirmant l’effondrement de la confiance entre le régime marocain et ses alliés européens, qu’il a perdus dans un moment d’arrogance, après avoir estimé que le “tweet” de l’ancien président américain Donald Trump l’a incité Vers la tentation de la normalisation avec l’entité sioniste, qui obvie aux Européens, qui ont triomphé pour leur honneur et ont répondu par un coup dur en plaçant des personnalités marocaines du régime sur le devant de la scène avec des listes de personnes recherchées, sur fond de scandale de corruption politique que représente l’achat d’argent des députés européens, en plus du scandale d’espionnage de hauts fonctionnaires dans les pays européens, tels que le président français, Emmanuel Macron, et le Premier ministre espagnol sortant, Pedro Sanchez, et bien d’autres.

Ces données confirment que les années de favoritisme dont le régime marocain a toujours joui avec ses voisins du nord sont terminées, et ce fait se voit aussi, à travers la crise qui balaie les relations maroco-françaises, notant que Paris est celui qui a cristallisé le Position européenne dans ses relations avec les pays de la rive sud-ouest de la Méditerranée