5 December 2023

Le renseignement américain à l’ère de Joe Biden…trois erreurs stratégiques à la loupe…

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Le renseignement américain à l’ère de Joe Biden…trois erreurs stratégiques à la loupe À moins d’un an de la fin du mandat du président Joe Biden, dont les indicateurs actuels confirment que ses chances de remporter un second mandat lors des prochaines élections présidentielles diminuent, ce qui signifie son départ avec son équipe de direction et tous les dirigeants. des dix-huit agences des services de renseignement, selon les traditions connues du système politique américain qui exigent quand… L’investiture d’un nouveau président du pays implique la sélection d’une nouvelle équipe pour travailler avec lui tout au long de son mandat. C’est pourquoi je pense personnellement que deux ans et demi suffisent pour évaluer le travail de la Central Intelligence Agency (CIA) américaine. Cet appareil de renseignement ancien et terrifiant à la fois, avec son budget financier extrêmement énorme et ses capacités illimitées au niveau technologique, technique, humain, informatique et électronique, et sa grande pénétration dans les rouages ​​des sources de décision en Afrique et les gouvernements étrangers, les institutions et les organismes mondiaux influençant la politique internationale… etc. Malgré la disponibilité par la CIA de toutes ces armes morales, capacités et outils divers, qui lui ont permis de réussir pendant de nombreuses décennies à maintenir sa position stable au premier rang et parfois au deuxième rang dans le classement annuel des dix services de renseignement les plus puissants dans le monde. Cependant, tout cela ne l’a pas du tout exempté de commettre de nombreuses erreurs de stratégie et de renseignement pendant le mandat de Joe Biden. Dans ce rapport exclusif, nous soulignerons, de mon point de vue, les trois erreurs stratégiques les plus importantes :

1) Un diplomate à la tête de la CIA… une erreur de calcul de scène : Personne ne s’oppose au parcours diplomatique inhabituellement chargé de William Prinz, qui s’étend sur près de trente-trois ans, au cours desquels il a occupé de nombreux postes au sein du système de politique étrangère des États-Unis d’Amérique, notamment le poste d’ambassadeur en Jordanie entre 1998. et 2001 et la Russie entre 2005 et 2008, mais je crois que les partis qui ont convaincu Joe Biden de la nécessité de nommer une personnalité diplomatique à la tête des renseignements américains ont commis une erreur de timing et n’ont pas bien préparé un accord global, lecture proactive de la situation internationale apparue trois ans après l’investiture de Joe Biden et de ce que le monde a connu pendant cette période d’événements internationaux rapides et d’évolutions géopolitiques dans plusieurs régions stratégiques. Une personnalité issue des couloirs du renseignement américain capable de traiter des dossiers épineux avec un sens du renseignement, peu approprié à la communication diplomatique, qui a prouvé son échec et son inefficacité dans plusieurs dossiers sensibles à dimension sécuritaire. Elle n’a pas réussi. Burns, directeur de la CIA, cherche à atteindre des points ou des objectifs, pour ainsi dire, qui servent les intérêts stratégiques des États-Unis d’Amérique.

2) La perte du dossier chinois sur fond de guerre russo-ukrainienne : Le directeur de la CIA, William Burns, a-t-il manqué de sixième sens ou de perspicacité lorsqu’il s’est présenté devant la commission sénatoriale du renseignement au moment d’approuver la décision de le nommer au poste de directeur de la CIA dans le cadre du programme du 18 mars 2021 ?

Son travail, qu’il a défini en quatre priorités principales, dont « les personnes, la technologie, le partenariat et la Chine», pour découvrir moins d’un an après avoir pris ses fonctions que l’événement de la guerre russo-ukrainienne serait un élément inquiétant et inattendu dans l’avenir. L’Amérique, à cause de laquelle l’accent a été perdu sur le dossier chinois, que son président communiste a exploité. Xi Jinping est la préoccupation de l’Amérique sur les développements de la guerre en Ukraine afin de mettre en œuvre son programme expansionniste à dimension économique et commerciale dans des endroits stratégiques de l’ouest, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie et la région méditerranéenne, avant que le dragon n’arrive il y a deux jours en mer Rouge, où cette affaire a provoqué ce matin un affrontement électronique entre les marines chinoise et américaine.

3) Échec du renseignement en Afghanistan et en Arabie Saoudite : William Burns, directeur de la CIA, bénéficie des éloges des législateurs des partis démocrate et républicain, mais le retrait américain d’Afghanistan le 31 août 2021 et la montée au pouvoir des Talibans ont soulevé de nombreuses questions quant à l’échec des services de renseignement américains,incapables d’évaluer la situation avec une grande précision, car les renseignements fournis à Joe Biden ont montré que la prise du pouvoir par les Talibans prendrait entre quelques mois et deux ans avant que la communauté du renseignement américain et l’administration américaine ne soient surprises par la chute de Kaboul. dans un délai exact de trois jours, le 15 août 2021. Ne vous attendez pas à obtenir des résultats positifs lorsque vous allez négocier avec un pays alors que vous portez une casquette diplomatique sur la tête et que vous n’avez pas de papiers de pression. C’est exactement ce qui est arrivé au directeur de la CIA, William Burns, lors de sa rencontre à Riyadh de sa dernière occasion de deux jours avec le prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du Royaume d’Arabie saoudite. La première réunion a eu lieu à la mi-avril 2022, où le directeur de la CIA, au nom de la Maison Blanche, a appelé Mohammed ben Salmane à augmenter la production pétrolière après une forte hausse des prix du gaz sur les marchés américains en échange d’un soutien militaire américain dans sa guerre contre les Houthis au Yémen, l’arrêt de l’acquisition d’armes chinoises et la réduction de la coopération militaire avec la Chine et la libération immédiate de son oncle, le prince Mohammed bin Nayef, l’ancien prince héritier. La deuxième réunion a eu lieu au cours de la première semaine d’avril 2023, au cours de laquelle William Burns a exprimé au prince héritier Mohammed ben Salmane le choc de Washington face à l’accord saoudo-iranien annoncé le 10 mars de cette année sous les auspices de la Chine. Lors des deux réunions, le directeur de la CIA est bredouille: l’Arabie Saoudite n’a pas accepté d’augmenter sa production pétrolière, n’a pas renoncé à développer une coopération militaire avec la Chine, n’a pas répondu à la demande de William Burns de libérer le prince Mohammed bin Nayef, et n’a pas pris en compte le malaise de la CIA à l’idée de rétablir les relations diplomatiques avec l’Iran.