29 May 2024

Le discours de Sayyed Hassan Nasrallah et le danger venant de l’Occident

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Aujourd’hui, je vais commencer là où l’un des journaux internationaux s’est arrêté hier, jeudi 2 novembre. Quand le Wall Street Journal accusait la Russie d’armer le Hezbollah. C’est à ce moment-là qu’elle a déclaré, citant des responsables américains, que les États-Unis disposaient d’informations de renseignement indiquant que le groupe russe « Wagner » pourrait fournir un système de défense aérienne au « Hezbollah » libanais.

Aujourd’hui, j’aborderai deux questions très dangereuses, l’une régionale et l’autre internationale. La première est l’accusation du Wall Street Journal selon laquelle la Russie armerait le Hezbollah. Comme vous le savez, le monde entier retient son souffle en attendant le discours de Sayyed Hassan Nasrallah, et bien entendu, toutes les possibilités sont possibles.

Au niveau international, il existe des messages cryptés aussi bien pour la Russie que pour la Chine. En fait, il s’agit de signaux et de messages précoces avertissant les forces américaines présentes dans le golfe Persique et en mer Méditerranée des conséquences d’une prise pour cible de l’Iran. Comme le savent ceux qui sont intéressés et qui suivent, si l’Iran est visé, c’est simplement la Troisième Guerre mondiale et les discussions sont terminées.

L’Amérique est perdue pour le moment. À tel point qu’elle est entrée dans une profonde dispute avec elle-même. Il tente de rechercher des réponses à un ensemble de questions, notamment : Comment est-ce arrivé ? Comment les choses ont-elles évolué jusqu’à ce niveau ? L’Amérique était sur le point de démanteler sa présence au Moyen-Orient. Celui-ci s’est fondé sur des convictions stratégiques afin de se concentrer sur la région des deux océans, où se situent la Russie, la Chine et la Corée du Nord.

Parce que la première préoccupation américaine est l’Asie de l’Est, bien sûr, en raison de la présence d’une superpuissance, la Chine, et bien sûr de la Chine dans la région des deux océans. La deuxième obsession, c’est l’Europe en raison de la présence de la Russie, même si la deuxième obsession est moins dangereuse que la première selon la doctrine américaine. La troisième et dangereuse préoccupation concerne le détroit d’Ormuz.

Selon des analystes stratégiques de haut niveau, l’Amérique a d’ailleurs bouleversé ses priorités en s’engageant dans un conflit secondaire épuisant avec la Russie, qu’elle aurait pu éviter, et a commis une erreur stratégique fatale qui a poussé la Russie à s’allier avec la Chine contre elle. .

Avant de trouver une issue à l’Ukraine et de se concentrer sur les deux océans, elle est désormais impliquée jusqu’aux oreilles au Moyen-Orient. Et encore une fois, heureusement pour la Chine aujourd’hui, les mêmes partis qui veulent que l’Amérique se noie dans le bourbier des deux océans, et l’Ukraine veulent qu’elle se noie pour toujours au Moyen-Orient. C’est l’équation.

Aujourd’hui, la peur est de retour. Les États-Unis d’Amérique craignent que l’Iran ferme le détroit d’Ormuz. D’ailleurs, c’est le moment de parler du détroit d’Ormuz. Parce que cela n’arrivera pas soudainement, mais le scénario le plus probable est que si les États-Unis d’Amérique interviennent au cas où le Hezbollah entrerait en guerre, ce qui est très attendu, l’Iran procéderait inévitablement à une fermeture militaire immédiate du détroit d’Ormuz. .

Depuis de nombreuses années, l’Amérique affirme que si elle est fermée, elle a la possibilité de l’ouvrir par la force. Au milieu de nombreux doutes, les experts ont douté que l’Amérique n’en soit pas capable, pour plusieurs raisons. Elle disait qu’elle le ferait en coopération avec ses alliés, c’est-à-dire ses alliés du Golfe et ses alliés occidentaux. Mais ces hypothèses se sont en fait aujourd’hui effondrées, ou pour le dire plus exactement, devenues très faibles. Parce que l’Iran est plus fort aujourd’hui qu’il ne l’a été depuis des années.

Le conflit mondial a également affaibli les États-Unis d’Amérique, vidé leurs réserves et épuisé leur budget. D’un autre côté, il est dans l’intérêt de la Russie et de la Chine de fournir à l’Iran tous les outils militaires avancés dont il a besoin pour vaincre l’Amérique dans cette région, au moins pour préserver ses acquis. En outre, bien que la marine iranienne soit moins développée que la marine américaine, l’Iran possède un très grand nombre de petits bateaux militaires, qui sont des bateaux à grande vitesse, capables d’effectuer des manœuvres offensives intenses qui ne sont pas disponibles dans les vastes et lents bateaux. Navires américains.

Quant aux missiles iraniens très avancés, il n’y a rien de mal à cela. Ajoutez à cela l’utilisation constante de mines et de sous-marins diesel, et ce qui est caché est encore plus grand. D’un autre côté, il n’existe pas un seul scénario occidental optimiste quant à la possibilité d’ouvrir le détroit d’Ormuz par la force. Comme tout le monde le sait, la fermeture du détroit est un désastre, suivi d’un désastre. Supposons, pour les besoins de l’argumentation, que l’Amérique ait réussi à l’ouvrir par la force. L’Iran fera de même et bloquera le détroit par de très nombreux moyens.

Mais cela ne signifie pas non plus que l’Amérique capitulera et acceptera la défaite. Au contraire, elle apportera sa cause et ses répercussions. Une fois que cela se produira, le monde sombrera dans la Troisième Guerre mondiale. Cette question et celle dont il a parlé sont des questions sur lesquelles ni la Chine ni la Russie ne resteront silencieuses.

En général, la fermeture du détroit d’Ormuz serait désastreuse et est souvent comparée à la fin du monde pour les marchés mondiaux du pétrole. C’est une question très inquiétante, car il s’agit du principal canal pour les expéditions internationales de pétrole, et pour cela raison pour 6 9pétroliers, y compris ceux de l’Arabie Saoudite, du Koweït et de l’Irak, passent par ce détroit.

Dans le passé, l’Iran a brandi cette carte dangereuse, mais il n’avait pas intérêt à l’époque à la risquer. Quant à cette guerre, de par sa nature existentielle, elle utilisera toutes les cartes dont elle dispose : ce sera une guerre comme l’histoire n’en a jamais connue. À mon humble avis, l’Iran n’aura pas recours à la fermeture du détroit à moins que l’Amérique n’intervienne, mais c’est le moment de parler de la fermeture du détroit d’Ormuz dans tous les cas.

Il aurait dû bien savoir que l’entrée du Hezbollah représente bien sûr une étape d’escalade sanglante, et à moins que cela n’incite les États-Unis d’Amérique à intervenir, ils se contenteront bien sûr de soutenir le Hezbollah et n’interviendront pas non plus. mais toutes ces estimations deviennent illogiques. Parce que l’entrée du Hezbollah dans la guerre signifie que les chances qu’une guerre régionale se produise sont très, très grandes, et que l’apparition d’une guerre régionale signifie également que son évolution vers une troisième guerre mondiale devient de toute façon plus grande.

En outre, nous avons remarqué une tendance à l’escalade au Yémen, où Ansar Allah a attaqué certains gouvernements arabes et les a considérés comme négligents, malgré les capacités de leurs armées. Les déclarations d’Ansar Allah incluaient également une menace voilée contre les navires américains dans le Golfe, et bien sûr l’Amérique a également menacé de frapper le Yémen, ce qui est en effet ce à quoi s’attendait Ansar Allah et ils ne se souciaient pas beaucoup de cette question. Ils ont même fait allusion à la possibilité de cibler les routes maritimes de Bab al-Mandab, et c’est là le point important, bien qu’ils aient refusé de révéler leurs plans d’attaque à Ansar Allah.

Bien sûr, vous n’aurez pas besoin de beaucoup de mal pour les comprendre : ils font partie de cette guerre, et je suis presque certain qu’ils ont un plan pour en finir avec Bab al-Mandab, en plus de cibler les navires américains dans le Golfe. rappelez-vous bien ce qui est arrivé au destroyer américain « USS Cole » au large des côtes du Yémen, le 12 octobre 2000. .

Je ne sais pas de quelles armes ils disposent autres que celles annoncées, mais il est probable que, comme on dit : ils ne dévoileront toutes leurs cartes qu’à zéro heure, et demain nous en saurons beaucoup. Cela nous amène bien sûr au Royaume d’Arabie Saoudite et à sa situation géographique. Où en est l’Arabie Saoudite ? Sa déclaration concernant la solidarité populaire avec Gaza semblait très tirée par les cheveux.

Quoi qu’il en soit, il ne me semble pas que l’Arabie saoudite soit aussi préoccupée par Gaza que par sa sécurité. Car si le Hezbollah entre en guerre, cela signifiera l’effondrement complet de la paix entre lui et l’Iran, car le conflit d’intérêts atteindra un niveau qui rendra difficile le maintien d’une paix imparfaite.

Quoi qu’il en soit, l’Amérique est revenue en force dans le Golfe. Il a retrouvé son ancienne position. Toute la lenteur survenue au cours de la période écoulée est désormais terminée. La peur sécuritaire est devenue dominante dans le Golfe. Il est bien entendu naturel que les forces américaines deviennent une cible pour l’Iran et Ansar Allah si la guerre s’étend. Cela amènera naturellement l’Arabie Saoudite à réagir.

Ce qui est pire, c’est que la fermeture du détroit d’Ormuz va étrangler économiquement l’Arabie Saoudite. C’est à lui seul une raison pour l’escalade entre ce pays et l’Iran. Des développements rapides, dont le plus récent a été la visite du ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, ont levé le doute avec certitude sur le fait que l’Arabie saoudite parie sur l’Amérique et que la visite de son ministre de la Défense à Washington avait pour but d’acheter des armes avancées.

Malgré l’ambiguïté intentionnelle de la déclaration du Département américain de la Défense, telle que l’Arabie Saoudite ne veut pas attirer l’attention sur le fait qu’elle se prépare à la guerre, la visite est de nature dangereuse et s’explique clairement dans le contexte de l’intimité qui existe depuis réchauffé la région. Je suis certain que l’Iran suit cette visite avec méfiance. Cela donne l’impression que les deux pays n’ont jamais retrouvé confiance. Mais leur réconciliation n’était qu’une feuille de route interrompue par la guerre à Gaza. La tension est revenue dans la région et pourrait se transformer en guerre à tout moment.

Ironiquement, le secrétaire américain à la Défense et conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan. Ils ont affirmé l’engagement des États-Unis à défendre l’Arabie saoudite. Depuis cette tribune, j’appelle les frères saoudiens à ne pas tomber dans les cordes faibles des promesses américaines et à se rappeler ce qu’a dit Henry Kissinger : « Être un ennemi de l’Amérique est une affaire dangereuse, mais être un ami de l’Amérique est une C’est une question mortelle.” C’est ce que Kissinger a dit textuellement. J’espère que les Saoudiens s’en souviennent bien. .

Quant à la Russie, elle est plus préoccupée que la Chine, pour la simple raison qu’elle subit des pressions et considère le Moyen-Orient comme un débouché stratégique, ainsi qu’un grand piège pour l’Amérique. Le Wall Street Journal a cité des responsables américains affirmant que les États-Unis disposaient d’informations de renseignement indiquant que le groupe russe Wagner pourrait fournir un système de défense aérienne au Hezbollah libanais.

Wall Street parle de systèmes de missiles avancés, ce qui signifie « SA-22 », qui est un système qui utilise des missiles anti-aériens sol-air montés sur un camion, une arme couramment utilisée en Ukraine, aux côtés de la défense aérienne. canons pour intercepter les avions.

Bien que les informations des services de renseignement américains soient incomplètes, il n’a pas été confirmé si le Hezbollah les a obtenues ou non. Il n’a pas non plus confirmé si les missiles se sont installés dans le sud du Liban ou ont été transférés au mouvement Hamas par l’intermédiaire de la mafia des armes. Quoi qu’il en soit, d’après l’expérience, les informations des services de renseignement américains n’ont jamais été véridiques et la preuve en est celle des armes de destruction massive que l’Irak prétendait posséder. Il est apparu plus tard qu’il s’agissait de simples mensonges visant à envahir l’Irak et à mettre en œuvre une théorie qui a mangé le jour où le taureau blanc a été mangé.

Mais cette fois, je trouve la nouvelle convaincante, car l’aviation israélienne est avancée et supérieure, et le Hezbollah devra être équipé de capacités militaires pour perturber le système aérien sioniste. La Russie est également préoccupée par ces développements sur le terrain. Il est également redevable à l’Iran et, à mon avis, il offrira tout ce qu’il peut pour aider le Hezbollah.

Sur un autre plan, Vladimir Poutine a officiellement signé le retrait du Traité d’interdiction des essais nucléaires. Cette décision en ce moment est très dangereuse. La Russie avait annoncé il y a quelque temps qu’elle formait ses soldats pour faire face à la menace nucléaire. Aujourd’hui, quiconque vous dit que les risques d’une guerre nucléaire au Moyen-Orient sont grands et présents, vous devez prendre ses paroles au sérieux, car ce que vit la région est très dangereux.