22 July 2024

Je me demande qui est derrière le meurtre du gouverneur Abdul Haq Khayyam à l’hôpital Zayed ?? Quelles sont les causes cachées du processus de liquidation physique !?

Est-Ce Parce Qu’il A Constitué Pendant Deux Décennies La Boîte Noire De Ce Qui Définit La Guerre Contre Le Terrorisme Et Les Opérations De Démantèlement Des Cellules Dormantes Extrémistes ?

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Source : choroknews24.com

Depuis des mois, l’enquête de terrain bat son plein, dans tous les sens et à tous les niveaux, sur la mort subite de khyam le ex-directeur général de la sûreté nationale (DGSN) ET LA DIRECTION GÉNÉRAL DE LA SURVEILLANCE DU TERREITOIRE (DGST).

Dans le sang, cela a d’abord entraîné une paralysie, qui a ensuite entraîné de graves complications de santé, qui se sont soldées par la mort… Cela n’a pas convaincu de nombreux agents de sécurité étrangers intéressés qui ont soulevé de nombreux points d’interrogation ??Pour cela, il a fallu revenir en arrière, chercher et enquêter sur les événements qui ont conduit à l’exemption de ce haut responsable de la sécurité, qui jouissait d’une grande popularité parmi les fans du Raja Casablanca, et était connu pour s’asseoir avec ses amis d’enfance dans le cafés de la ville de Casablanca ..Je veux dire, il était populaire et communiquait avec tout le monde, et cela était évident à travers ses nombreux séminaires de presse qu’il a tenus avec des sites Web tout au long de sa carrière… Des mois avant sa nomination en tant que conseiller du directeur général, M. AbdeLatif Al-Hamouchi, il avait mené une opération de sécurité préventive dans la ville d’Al-Jadida qui a confisqué son équipe de sécurité à Basij, après quoi de nombreux camions ont été chargés d’environ 60 tonnes de cocaïne dure au plus tard. Au cours de l’enquête de sécuritéavec les détenus, ils ont reconnu un homme d’affaires financier appelé le baron de la drogue en Afrique, qui était récemment l’époux de la chanteuse populaire Latifa Raafat, qu’il lui a d’ailleurs acheté la villa du quartier de Riyad, à Rabat.En effet, ce citoyen financier a été arrêté, et lors de son interrogatoire, il a évoqué des personnalités de l’entourage royal et des personnalités politiques parmi les leaders du premier rang du Parti Authenticité et Modernité, parmi lesquels notamment le chef de la région Est, Abdelnabi Al-Buaiwi, qui a été condamné par la justice marocaine pour dilapidation de fonds publics et détournement de fonds, et il a été condamné à un an ou deux ans de force, mais jusqu’à présent il est toujours libre et libre, et Nasseri, le président de Le Wydad Casablanca, qui s’est emparé sans base légale d’une luxueuse villa appartenant à cet homme d’affaires financier et de nombreuses voitures de luxe…Cette opération d’arrestation a suscité l’ire du deuxième homme de la Direction générale de la surveillance territoriale nationale, Al-Desti, le Dr Hami Eddine, le puissant délégué régional avec une large influence dans le renseignement intérieur et le premier responsable territorial responsable de tout ce qui se trouve dans le La région de Casablanca-Settat à tous les échelons et à tous les niveaux, et qui a été à l’origine de l’idée de créer La chaîne électronique « Chouf TV », dirigée par Idriss Chahtan, depuis son apparition sur la scène médiatique marocaine.Cela signifie que le deuxième homme d’Al-Desti a estimé que le gouverneur, Abdel-Haqq al-Khayyam, l’avait rattrapé et avait mené une opération de sécurité sans obtenir son autorisation préalable ou son approbation officielle.En conséquence, l’affaire a été placée sur le bureau de M. AbdelLatif Hammouchi, directeur général de chacune des directions générales de la sécurité nationale et de la surveillance du territoire national, qui, comme on le sait, s’est rangé du côté de son homme fort du Diste, et soulagé ex-directeur Khiam de diriger l’Office central des recherches judiciaires et l’a nommé son conseiller à Rabat.Bien sûr, cette décision a eu de graves répercussions morales sur le psychisme du gouverneur, Abdelhak Khayyam, qui s’estimait victime d’une grande injustice et d’une humiliation sans précédent parce qu’il n’avait fait que son travail.C’est ce qui l’obligeait à se rendre de temps en temps à l’hôpital Khalifa bin Zayed pour effectuer des examens médicaux.Dans un langage plus clair, il avait l’habitude d’aller avec ses pieds dans cet établissement de santé, où il est entré la dernière fois pour faire quelques analyses, mais il n’a pas été autorisé à le quitter et il y est resté pendant trois mois, au cours desquels il a été paralyséSelon des témoins oculaires à l’hôpital, le directeur général, M. AbdelLatif Al-Hamouchi, lui a rendu visite périodiquement la nuit entre le 01 :00 et 02:00 la nuit…Cela soulève de nombreuses questions sur qui a conduit à cette condition médicale, le gouverneur Abdel-Haq Khayyam. , qui est entré à l’hôpital debout alors qu’il était en bonne santé et en pleine conscience et volonté ?? Et pourquoi M. Hamouchi tenait-il à lui rendre visite à l’hôpital la nuit ?? Est-ce qu’il allait le vérifier ou quoi ?? Et qui est le médecin traitant qui l’a amené à l’état de paralysie ?? Et qui lui a ordonné de commettre cet acte criminel contre un haut responsable de la sécurité nationale qui a servi le pays avec amour et dévouement ??Il est vrai qu’il a pu commettre de graves violations des droits de l’homme tout au long de sa carrière professionnelle, en vertu desquellesil a été inclus dans les attributions de la Division nationale de la police judiciaire.

Sa liquidation est-elle liée au fait qu’il était un danger pour Hamouchi et son entourage, qui venait du Desti ?? Et a pris le contrôle de la décision de l’Administration générale de la sécurité nationale ?? Ou parce qu’il était considéré comme la boîte noire de ce qu’on appelle la guerre contre le terrorisme ?? Et le porteur des confidences et secrets du démantèlement des cellules extrémistes qui dorment depuis tout le règne du Roi Mohammed VI ??Ce qui s’est passé dans l’enquête entre le gouverneur Abdel-Haq al-Khayyam et le baron de la drogue en Afrique, l’homme d’affaires financier qui est actuellement détenu à la prison de Jadida, sera publié plus tard en détail, et qui a été condamné à dix ans ferme après on lui avait promis des hautes autorités proches du palais royal qu’il ne serait pas arrêté s’il mettait le pied sur le sol national et qu’il était mis en sécurité, mais ce qui lui estarrivé c’est exactement le contraire, d’abord il a été escroqué d’une somme d’argent estimée à 50 milliards, soit le prix total des biens qui ont été confisqués dans la ville d’El Jadida..Dans un deuxième temps, il a été arrêté et envoyé à la prison d’El Jadida pour y purger sa peine. Durant cette période d’incarcération, il a déposé plusieurs plaintes auprès du Procureur du Roi près l’ancienne cour d’appel d’El Jadida, qui a refusé de communiquer avec elle et a ouvert une enquête le concernant car il y mentionnait les noms de responsables de l’entourage royal et de personnalités politiques du Parti Authenticité et Modernité directement impliqués dans le trafic de cocaïne et de pilules hallucinogènes…Il suit ..Farhan Idris…Pour mentionner l’article, nous l’avons envoyé à : La Cour Royale………………………………Présidence du Gouvernement………………………………Le Secrétariat Général du Gouvernement……… ………………………Ministère de l’Intérieur……………………………… Présidence du Parlement Marocain……………………………… Présidence du Conseil des Conseillers…… …………………………Présidents des groupes parlementaires
…………… ………………..Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger..
………………………… ……Ministère marocain des Habous et des Affaires islamiques
………………………………Ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger
……………………………… Présidence du Parquet de Rabat ..
……………………………… Conseil Supérieur de la Magistrature
……………………………… Conseil Communautaire
………………………………Fondation Hassan II pour les Marocains de l’Etranger
……… ………………………. Ambassades du Maroc à l’étranger..
……………………………… Ambassades américaines situées à Rabat, Italie, Allemagne
…………………….. Espagne, France, Belgique et Pays-Bas …
…………………… …… .. A l’organisation internationale des droits de l’homme .. Amnesty International
…………………………….. Reporters sans frontières .. “RSF”
……………………………… (Human Rights Watch ) Human Rights Watch