28 May 2024

Du Maroc aux Pays-Bas, le procès retentissant de la Mocro Maffia

Edité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Tueurs à gages, menaces d’enlèvement et assassinats de personnalités, le tout sur fond de trafic de cocaïne… Depuis 2020, un vaste procès secoue les Pays-Bas, avec comme principal accusé Ridouan Taghi, un Néerlandais d’origine marocaine dont la célèbre avocate, Inez Weski, vient d’être arrêtée.Ridouan Taghi a déjà été arrêté à Dubaï en 2019… Triple barrage policier, surveillance militaire, drone et hélicoptères survolant la zone, fenêtres opaques et avocats masqués pendant leur plaidoiries. Des dispositions radicales mais nécessaires pour « le procès du siècle », à en croire les médias néerlandais. Ouvert en février 2020, celui-ci se déroule derrière les murs sécurisés d’un bâtiment en brique de la banlieue d’Amsterdam, surnommé « le bunker ».

Les avertissements de la propagation du “buffa” .. “la cocaïne des pauvres” menace la jeunesse marocaineAmal Kenin,les spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme après avoir enregistré une hausse de la propagation de la drogue “puffa” ou “crack”, que l’on appelle aussi “la cocaïne et la drogue des pauvres”, estimant qu’il s’agit de “la nouvelle drogue la plus dangereuse du monde”. le marché de la drogue ».Dans ce contexte, Al-Hassan Al-Baghdadi, chef de la Société nationale de lutte contre le tabagisme et la drogue, a déclaré que cette drogue “est produite et promue par certains immigrés d’Afrique subsaharienne, et son prix oscille entre 50 et 60 dirhams par gramme.”Al-Baghdadi a ajouté que la dépendance à cette drogue “est proche de la dépendance au silicone et au mica, mais les PUFA restent plus dangereux pour son utilisateur, car ils l’éloignent de la réalité en tant que monstre humain, car ils rendent l’esprit absent et provoquent une impuissance totale. ”Il a poursuivi: “La dépendance à cette drogue est connue pour être répandue et étrange parmi notre jeunesse et notre éducation, surtout après qu’elle ait atteint les côtés et le centre des établissements d’enseignement et de formation.” Il a ajouté: “Malheureusement, c’est un phénomène né aujourd’hui, mais elle connaît une terrible propagation sur nos chemins au nom de l’ouverture et de la libération tantôt, et tantôt au nom de vivre loin des problèmes de la Vie du point de vue de la jeunesse trompée.Et il ajouta : « De cette façon, l’amère vérité est perdue ; Pour l’essentiel, l’affaire est liée à une politique marketing serrée dont l’approche est de faire du lobbying pour la fabrication, la vente et la promotion de ce produit, afin d’attirer de nouveaux et plus nombreux clients, notamment parmi nos jeunes et nos jeunes adultes, en diversifiant l’offre dans la forme de créer un contexte à l’abri des regards et de repousser toute gêne, et la tentation qui s’ensuit pour les victimes en diversifiant l’offre et le prix.Le porte-parole a estimé que “continuer à assourdir les oreilles des cris des mères et l’approche de la politique d’évasion vers l’avant, pousserait ce commerce à se multiplier et à varier en danger chez les gens de foies au fil du temps, dans le but de piéger le plus grand nombre possible de citoyens, jusqu’à ce que les choses atteignent l’épuisement des capacités. » Les éléments de base de la patrie représentés par sa jeunesse, puis la menace pour notre projet de société dans notre insouciance.Le Rapport mondial sur les drogues 2019, publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, a précédemment révélé des données choquantes concernant la propagation de la cocaïne et du “crack” dans les écoles marocaines.Les mêmes données indiquent que le taux d’abus de cocaïne chez les étudiants marocains âgés de 15 à 17 ans est de 1,2%, alors qu’il est de 0,4% chez les étudiantes, de sorte que le pourcentage général d’étudiants qui abusent de ce type de drogue est d’environ 0,8%.