30 May 2024

Édité par le chef de rédaction ALY BAKKALI TAHIRI

Source : https://almaalomah.me/articles/

Par Ali Al-Mou’min

Ali Al-Mou’min

Au cours des XVe et XVIe siècles de l’hégire, en particulier entre les années 410 et 610 de l’hégire, c’est-à-dire en moins de (200) ans, la plupart des Arabes se sont convertis des chiites aux sunnites, et il n’y a aucune différence à cet égard entre les Zaidi, les Ismaili et les Twelver Ashari, et il n’y a pas non plus de différence entre les chiites des pays arabes d’Asie et ceux des pays arabes d’Afrique ; Ils ont tous été soumis à un génocide et à un déracinement organisés de masse, ce qui est très similaire à l’élimination complète à laquelle 85 pour cent de la population amérindienne (connue sous le nom d’Indiens rouges) a été soumise pendant (300) ans. La liquidation des chiites arabes ne s’est pas limitée à la dimension sociale et humaine, mais a plutôt affecté le chiisme lui-même, en tant que systèmes, rituels, coutumes et traditions modernes, doctrinaux et jurisprudentiels.    

   Et le paradoxe ;

Les opérations visant à déraciner le chiisme dans les pays arabes, à liquider les chiites arabes, à convertir le reste d’entre eux au sunnisme, à renverser les États arabes chiites et à modifier la carte des sectes dans les pays arabes en faveur des sectes et sectes sunnites et en faveur de l’établissement de Les États sunnites non arabes ont été menés par des non-arabes, en particulier par les mains des dirigeants turcs, amazighs (berbères) et kurdes, qui ont créé des États sunnites berbères, turcs et kurdes au Maghreb, en Égypte, en Syrie, au Liban, en Palestine et en Palestine. L’Irak sur les ruines des États arabes chiites. Les plus importantes de ces opérations d’éradication sont :

   1- Les opérations de déracinement d’Al-Moez Ben Badis Al-Senhaji dans les pays d’Afrique du Nord : Les massacres du leader berbère Al-Mu’izz ibn Badis Al-Sanhaji et ses campagnes de déracinement contre les chiites arabes dans les pays d’Afrique du Nord ont commencé en l’an 410 de l’hégire. Ses actions ne se sont pas limitées au renversement des États chiites. et les émirats, en particulier les Idrisides et les Fatimides, qui régnaient sur la majeure partie de l’Afrique du Nord, mais qui se sont plutôt développés d’une manière que l’historien est incapable de décrire. Des millions de chiites ont été déracinés et le reste d’entre eux ont été contraints d’adhérer aux croyances et aux sectes sunnites. Il n’est donc pas surprenant de constater que l’écrasante majorité des familles arabes alaouites (les nobles maîtres) sont aujourd’hui sunnites, après que leurs ancêtres l’étaient. Chiites, jusqu’à ce que les historiens mentionnent que l’ampleur des massacres d’Al-Muizz bin Badis Il y a provoqué l’extinction des chiites, et donc les sectaires le décrivent comme un partisan des sunnites et un conquérant des chiites.

2: Opérations visant à éradiquer Tughrul Beg de l’armée seldjoukide en Irak :

    Tughrul Beg, le Seldjoukide turc et ses forces turques ont commencé leurs massacres en Irak en l’an 450 de l’hégire, à la demande du calife abbasside, qui l’a convoqué et lui a demandé de l’aide pour le débarrasser des chiites et des bouyides, en échange de lui cédant le pouvoir, Bagdad étant le siège fondateur du système social chiite. Les Seldjoukides massacrèrent les chiites, incendièrent leurs maisons et leurs bibliothèques et poussèrent les sunnites de Bagdad à tuer et à déplacer les chiites. Pendant ce temps, Cheikh al-Tusi (le chef des chiites) migra à Najaf al-Achraf et fonda son séminaire.

   3-Opérations de déracinement de Nour al-Din Zangi au Levant et au nord de l’Irak : Les massacres de Nour al-Din Zengi et de ses forces turques seldjoukides ont touché un très grand nombre de chiites arabes dans le nord de l’Irak et au Levant, à partir de l’an 541 de l’hégire, après l’État arabe chiite hamdanide, avec ses deux capitales : Mossoul en Irak et Alep, en Syrie, dirigeait la région s’étendant du nord de l’Irak à la Syrie et à la Palestine. Elle fut suivie par l’État fatimide, qui dirigeait le Levant en plus de l’Égypte. Sur les ruines des États et émirats arabes chiites du nord de l’Irak, de la Syrie et du Liban, il a fondé un État kurde sunnite.

4- Opérations déracinage des Chiites par Saladin al-Ayyubi en Egypte et au Levant :

 Les grandes opérations de déracinement menées par Saladin al-Ayyoubid et ses forces kurdes contre les chiites arabes ont été considérées comme les plus violentes, les plus vastes et les plus profondes de l’histoire des musulmans. Il ne s’est pas limité à telle ou telle secte chiite, mais les a plutôt incluses. Ismailis, Zaidis et Chiites duodécimains dans ses campagnes qu’il a commencées en Égypte en l’an 567 AH, atteignant tout le Levant et certaines régions du nord de l’Irak ; Le nombre de personnes tuées, réduites en esclavage ou déplacées est estimé à environ 25 pour cent de la population de l’Égypte, de la Syrie, de la Jordanie, du Liban, de la Palestine et du nord de l’Irak, un nombre équivalent à 80 pour cent des chiites de ces pays, tandis que le reste Les chiites de ces pays ont été déracinés, ou poussés vers l’impossibilité sectaire, au cours des années 1000, par les enfants et petits-enfants de Saladin Al-Ayyubi, qui lui a succédé. Grâce à des opérations de déracinement et de liquidation, Saladin al-Ayyubi a pu changer la géographie sectaire de la population en Afrique du Nord et en Asie occidentale. Comme Al-Ayyoubid n’a pas éliminé l’État fatimide ni déraciné complètement les chiites d’Égypte, ainsi que la plupart des chiites du Levant et de leurs émirats, il a plutôt éliminé complètement les sectes chiites en Égypte et dans la majeure partie du Levant ; Saladin al-Ayyubi jouit des plus grands éloges de la part des élites religieuses et politiques sunnites, ainsi que des historiens arabes sunnites, à travers l’histoire, et ils le considèrent comme le grand héros qui a déraciné les chiites et changé la carte des sectes, mais ils le cachent généralement. derrière l’illusion de Saladin libérant Jérusalem, mais la véritable raison derrière cette glorification est la raison sectaire enracinée.


Et donc nous le remarquons ; La carte sociopolitique des sectes islamiques dans les pays arabes, au cours du IVe siècle de l’hégire, était entièrement en faveur des chiites, car ils constituaient la société dominante en Irak, au Levant, en Égypte et dans les pays du Maghreb, mais cette équation a été perturbé au cours du cinquième siècle de l’hégire, puis tout a changé au cours du siècle de la sixième année de l’hégire, à cause de ce qui a été fait par seulement quatre personnalités, à savoir Al-Mu’izz ibn Badis, Tughrul Bey, Nur al-Din Zangi et Saladin al-Ayyoubi. Autrement dit, ceux qui ont converti les Arabes du chiisme au sunnisme, dans tous les pays arabes, étaient quatre dirigeants non arabes : un Berbère, un Turc et un Kurde.    

   Trois observations doivent ici être prises en compte :

   1-Ces opérations de déracinement ne s’inscrivent pas dans le cadre de conflits politiques autoritaires entre les pays sunnites et chiites et leurs sultans, mais plutôt dans le cadre du déracinement sociétal sectaire mené par les dirigeants vainqueurs contre tous les chiites, même ceux qui n’ont aucun lien avec le pouvoir et la politique et s’efforcent d’éradiquer la doctrine chiite sur le plan humanitaire. Sur le plan humanitaire, il ne s’agit pas seulement d’éliminer le dirigeant chiite, l’État chiite ou les politiciens et militaires chiites, car ils sont plutôt peu nombreux. les opérations de génocide ont ciblé les communautés chiites et les gens ordinaires, qui sont nombreux, et ce n’est pas ce qui s’est produit lorsqu’un dirigeant sunnite a éliminé un autre dirigeant sunnite. Le dirigeant sunnite victorieux n’est exposé ni aux sunnites ordinaires ni à la doctrine sunnite officielle de l’État.

2- Les millions de chiites qui ont été déracinés et éteints en Afrique du Nord, en Égypte et au Levant étaient de purs Arabes, et beaucoup d’entre eux étaient des Alaouites. Quant à ceux à qui les autorités abbassides ont demandé de l’aide pour déraciner les chiites et se convertir au chiisme. ; Ce n’étaient pas des Arabes, et c’étaient les dirigeants mentionnés ci-dessus, qui ont été transformés en « icônes » sacrées dans le discours nationaliste abbasside, puis ottoman, puis arabe. 

. Les nationalistes arabes placent Saladin Al-Ayyubi – par exemple – au rang des saints prophètes et des justes, non pas pour ses réalisations humanitaires, islamiques, nationales et scientifiques, et non pas parce qu’ils ont trompé les gens en leur faisant croire qu’il a libéré Jérusalem, mais parce que il a déraciné la majorité de la population chiite au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Liban, en Palestine, en Syrie, en Jordanie et dans le nord de l’Irak, malgré le fait que les nationalistes arabes n’aiment ni ne respectent les Kurdes. et en même temps; Les nationalistes arabes mènent les campagnes de diffamation les plus horribles contre les dirigeants arabes chiites, les Idrisides, les Fatimides et les Hamdanides simplement parce qu’ils sont chiites, même s’ils sont musulmans et arabes, et que beaucoup d’entre eux sont des descendants du Prophète. Muhammad, ce qui prouve le sectarisme profondément enraciné du projet nationaliste arabe.

3- Les campagnes d’éradication sectaires n’ont pas réussi à éradiquer les chiites du sud et du centre de l’Irak. Le chiisme a survécu grâce à ses solides racines humanitaires et sociales, et grâce à la présence du centre du système social religieux chiite à Najaf. Il en va de même pour la fermeté des chiites iraniens face aux tentatives d’éradication sectaire menées par les Turcs, les Ouzbeks, les Afghans et les Ottomans. L’une des raisons les plus importantes de cette fermeté est peut-être la forte présence des Alaouites et des Arabes chiites en Iran. L’Iran, et le soutien et l’adhésion des Iraniens à ces immigrants et immigrants persécutés, depuis l’ère omeyyade.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *