29 May 2024

Par Mehmet Inan

Avant tout, rien ne permet de prouver que ces personnes sont des Palestiniens du Hamas. Aucune enquête n’a identifié ces personnes. Ils peuvent être des acteurs Israéliens jouant dans un film.

On peut résumer la version officielle de l’intrusion du Hamas en Israël comme suite (extrait de TV5 Monde, le 12 mai 2024) :

« La guerre a été déclenchée par l’attaque le 7 octobre de commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d’Israël, qui a fait plus de 1.170 morts, majoritairement des civils, selon un bilan de l’AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Plus de 250 personnes ont été enlevées durant l’attaque et 128 restent captives à Gaza, dont 36 seraient mortes, selon l’armée. »

Le chiffre de 1170 morts a eu successivement les valeurs de 700, puis 1400, puis 1200, puis 1160, puis 1170. Ce chiffre est important, car le génocide commis par Israël a été justifié par ce nombre. Aujourd’hui il y a plus de 35000 morts Palestiniens, dont la très grande majorité est civile.

Le passage « selon un bilan de l’AFP établi à partir de données officielles israéliennes » est une tentative de crédibiliser ce nombre en impliquant l’AFP. En réalité, l’AFP n’a rien à voir, elle n’a fait que reporter les informations du gouvernement israélien. Pour être juste, il aurait fallu écrire « selon le gouvernement de Netanyahu ». Car c’est Netanyahu qui est à la manœuvre. Et comme il ment à chaque fois que ses lèvres bougent, tout ce qu’il dit doit être considéré comme faux.

Mais quel est la vérité ? Le porte-parole du Hamas, Ghazi Hamad a déclaré sur la BBC « Il n’y a pas eu d’ordre de tuer des civils ». Suite à une deuxième allusion à des morts civils, il a répété « Je peux vous dire que nous n’avions ni l’intention ni la décision de tuer des civils ». Et là, le journaliste de la BBC est revenu à la charge encore une fois en posant « Comment justifiez-vous le fait de tuer des gens qui dorment, des familles ? ». A ce moment-là, Ghazi Hamad a arrêté l’interview. Il était clair qu’en face, il y avait une volonté de refuser d’entendre ses propos. Il a dû estimer qu’il était inutile de répéter si en face on ne veut rien entendre.

Mettons-nous à la place du Hamas. En 2006, ils avaient capturé un soldat israélien, Gilad Shalit. Ils l’avaient gardé en otage pendant 5 ans et l’avaient échangé contre près de 1000 prisonniers Palestiniens. Gilad Shalit avait été bien traité.

Dans ce contexte, prendre des centaines d’otages pourrait servir de moyen de pression sur Israël. Surtout que la bande de Gaza était sous blocus depuis 2007, soit 16 ans. Les enfants de moins de 16 ans n’ont connu que le blocus.Dans ce contexte, il est pensable que le Hamas ait planifié de prendre des otages. Dans ce cas, ils ont commencé avant l’aube, pas à 7:39 comme dans l’image. Ils devaient aller rapidement prendre les otages et retourner sans trainer. Aller prendre 250 otages, c’est déjà un travail énorme pour eux. Pendant ce temps, aller tuer des civils n’a aucun sens. Car chaque civil tué est un otage en moins. Et alors parler 1200 civils tués, c’est énorme. Il n’y avait aucune raison pour Hamas de tuer des civils. Comme son porte-parole l’a affirmé, ils n’avaient pas du tout planifié de tuer des civils.

Il y a certainement eu quelques civils tués, il est impossible d’emporter 250 otages sans qu’il y ait aucune résistance. Et ce genre de résistance pourrait expliquer la mort de quelques civils. Mais le nombre ne peut avoir aucune ressemblance avec 1200.

Donc, ici, il y a quelqu’un qui ment. C’est soit Netanyahu/Israël, soit leHamas. Mais qui ?

Pour le porte-parole du Hamas, il ne dit pas nous n’avons pas tué des civils, car il n’était pas sur place. Il dit nous n’avons pas planifié cela. La sincérité est frappante.

Netanyahu a toujours été contre la paix avec les Palestiniens. Il n’a jamais reconnu le droit des Palestiniens à vivre sur leurs terres. Il a toujours dit qu’il n’y aura pas d’état palestinien. C’est lui qui a saboté le processus de paix d’Oslo et causé l’assassinat de Yitzhak Rabin en 1995.

Cet assassinat ne fut que le début, et cela continue encore aujourd’hui, près de 30 ans après. Rappelons-nous le vent de paix du processus d’Oslo, 1992-1995. C’était avant Netanyahu. Après la mort de Rabin, des élections ont été décidés en Mai 1996. Quelque mois avant, en Mars 1996, deux semaines successives d’attentats attribués à des Palestiniens. Ces attentats étaient commandités par Netanyahu, et lui ont permis de gagner les élections avec 50.5% des voix. Depuis lors, on ne parle plus de paix. Il n’y a que guerre dans le Proche Orient.

Netanyahu avait la supériorité militaire. Mais il avait aussi une barrière qui l’empêchait d’utiliser ses armes. Les Palestiniens s’étaient assis à la table des négociations, ils ont accepté la paix, ils ont renoncé à la lutte armée. Il ne pouvait tirer sur des gens de paix. Le monde entier se serait retourné contre lui. Il avait besoin de changer cela, de dépasser cette barrière.Pour en arriver à ses fins, la clé de voute de sa stratégie a été d’étiqueter les Musulmans de « TERRORISTES ». Ainsi, il pourra utiliser sa supériorité militaire sans limite contre les Palestiniens. Ce qui se passe aujourd’hui à Gaza, c’est exactement cela : Utilisation sans limite de tous les moyens militaires.Pour arriver à cette fin, Netanyahu a fait commettre des dizaines d’attentats et tous ont été attribués à des Musulmans. Dès le début 1997, il a ordonné à ses services et son réseau de planifier un attentat à New York pour détruire les tours jumelles. Les préparatifs visibles ont commencé en Avril 1997 par la création de la société de déménagement « Urban moving system » à New Jersey pour la logistique des attentats. Dans la suite, a chaque fois qu’un pays a aidé Israël ou les Etats Unis contre un pays Musulman, Netanyahu a couru pour y faire un attentat et accuser des Musulmans. Ce fut le cas à Madrid en mars 2004, puis à Londres en Juillet 2005. Ces deux pays avaient aidé les Etats-Unis pour envahir l’Iraq. C’était suffisant pour pouvoir accuser des Musulmans. Mais les ordres étaient donnés par lui et exécutés par des agents Sayanim dans chaque pays. Comme personne n’a réagi à ces deux attentats, Netanyahu a continué ses crimes pour faire des attentats dans d’autres pays : Mumbai 2008, Nairobi 2013 et 2019, Nice 2016, … Il a pu expérimenter tous les moyens pour commettre des attentats.

Netanyahu a été écarté du pouvoir pendant un an et demi, 2021 et 2022. Il n’y a plus eu d’attentat pendant cette période. Il est revenu au pouvoir le 29 décembre 2022. Mais il sentait bien que sa carrière politique s’approchait de sa fin. Il ne voulait pas partir sans avoir conquis Gaza et chassé les Palestiniens. Il a développé une stratégie pour cela : Il fallait une attaque du Hamas pour justifier une invasion totale de Gaza. Pour obtenir cela, il a poussé de plus belle l’oppression des Palestiniens.

Le Hamas a décidé de prendre des otages et sont passés à l’acte le 7 octobre 2023. Netanyahu les a laissé faire. Ensuite, il a envoyé son armée déguisée en Palestiniens pour tuer des civils israéliens et les a filmés. Ils ont tué 100 à 200 Israéliens. Utilisant ces images, ils ont fait un film et gonflé le nombre de morts à 1200. Cela lui suffisait pour justifier l’invasion totale de Gaza. Le film a été montré aux journalistes et dirigeants des pays occidentaux pour obtenir leur soutien. Ce film reste secret pour empêcher toute analyse poussée qui pourrait prouver qu’il est faux.

Les premiers otages libérés ont déclaré qu’ils étaient bien traités. Rapidement Netanyahu a interdit aux otages de parler aux médias. Après la plainte de l’Afrique du Sud au CIJ, les enquêteurs de l’ONU ont voulu entendre les victimes de l’attaque du 7 octobre. Israël a empêché l’accès des enquêteurs aux victimes. Ceux qui ont des choses à cacher sont Netanyahu et Israël.

Dans cette affaire, les menteurs sont Netanyahu et Israël. Leurs mensonges ont trompé l’Occident qui reste seul à soutenir Israël et ce contre le monde entier.

La justification de l’invasion actuelle de Gaza est basée sur des mensonges. Les otages pris par le Hamas ont été bien traités. Cela ne justifie pas du tout l’invasion et le génocide qui est en train d’être commis par le gouvernement Israélien de Netanyahu.

Comment justifier que les victimes de la guerre il y a seulement 80 ans se comportent comme leurs bourreaux ? Non, des victimes ne se comportent pas comme leurs bourreaux. Il ne reste qu’une possibilité : Ceux qui se font passer pour des victimes sont en réalité les bourreaux et qu’ils ne font que répéter leurs crimes pour la nième fois.

Mehmet Inan 14/05/2024

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *