4 March 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Le Jeudi 14-09-2023

Source : FADEL SENNA / AFP / Instagram/abuazaitar/ Istock/L’Express

L’enquête de The Economist sur l’influence des sulfureux frères Azaitar et les services de sécurité a fait trembler le pouvoir marocain…

Printemps 2018 : Mohammed VI, commandeur des croyants, prend la pose non sur son trône doré, mais sur un canapé, côte à côte avec un homme musclé en vêtements de sport. Tout sourire, on dirait des amis de colonie de vacances. Ce cliché Instagram étonne dans un royaume fier de ses traditions, mais moins que la personnalité de ce nouveau proche du monarque: Abu Azaitar, 32 ans, est un ancien détenu allemand, et un champion d’arts martiaux MMA. Depuis son installation au Maroc en 2018, son compte Instagram très bling-bling fait frémir l’ élite du régime, avec ses voitures criardes, et la familiarité avec laquelle il parle de Mohammed VI, alors quinquagénaire: “notre cher roi”, a-t-il écrit en légende d’une photo les montrant ensemble, “je ne pourrai jamais assez le remercier pour tout ce qu’il a fait pour nous”.

Le Maroc passe pour une réussite dans le monde arabe. Son industrie automobile est florissante, les touristes occidentaux affluent dans ses charmants souks médiévaux et se détendent dans ses paisibles riads. Le pays concentre tout le charme du Moyen-Orient, sans ses troubles. Mais les 37 millions de Marocains font face aux mêmes problèmes qui ont bouleversé le monde arabe depuis plus de dix ans : chômage, inflation, autoritarisme. Jusqu’à présent rien de tout cela n’a entraîné de soulèvement, notamment parce que le roi a rapidement mis en œuvre des réformes constitutionnelles au moment où le printemps arabe battait son plein, en avril 2011. Mais les troubles pointent à l’horizon, et le roi est pratiquement invisible.

Depuis 2018, Abu Azaitar et ses deux frères monopolisent l’attention du monarque. Mohammed n’est pas seulement distrait. Il est souvent carrément absent. Il a toujours aimé voyager et partir en vacances, mais depuis qu’il a rencontré les Azaitar c’est encore beaucoup plus manifeste. Parfois il s’isole avec la fratrie dans la campagne marocaine. Ou leur groupe s’échappe en vacance en Afrique de l’ouest. Mais quand ils se lassent du Gabon –”on s’ennuie tellement, il y a la plage et rien d’autre à faire”, se lamente l’un d’eux – ils montent à Paris. Un ancien responsable estime que le roi a passé 200 jours hors du pays l’année dernière.

“On est un avion sans pilote”

le roi absent Mohammed VI, les sulfureux frères Azaitar et les services de sécurité

Printemps 2018 : Mohammed VI, commandeur des croyants, prend la pose non sur son trône doré, mais sur un canapé, côte à côte avec un homme musclé en vêtements de sport. Tout sourire, on dirait des amis de colonie de vacances. Ce cliché Instagram étonne dans un royaume fier de ses traditions, mais moins que la personnalité de ce nouveau proche du monarque: Abu Azaitar, 32 ans, est un ancien détenu allemand, et un champion d’arts martiaux MMA. Depuis son installation au Maroc en 2018, son compte Instagram très bling-bling fait frémir l’ élite du régime, avec ses voitures criardes, et la familiarité avec laquelle il parle de Mohammed VI, alors quinquagénaire: “notre cher roi”, a-t-il écrit en légende d’une photo les montrant ensemble, “je ne pourrai jamais assez le remercier pour tout ce qu’il a fait pour nous”.

Le Maroc passe pour une réussite dans le monde arabe. Son industrie automobile est florissante, les touristes occidentaux affluent dans ses charmants souks médiévaux et se détendent dans ses paisibles riads. Le pays concentre tout le charme du Moyen-Orient, sans ses troubles. Mais les 37 millions de Marocains font face aux mêmes problèmes qui ont bouleversé le monde arabe depuis plus de dix ans : chômage, inflation, autoritarisme. Jusqu’à présent rien de tout cela n’a entraîné de soulèvement, notamment parce que le roi a rapidement mis en œuvre des réformes constitutionnelles au moment où le printemps arabe battait son plein, en avril 2011. Mais les troubles pointent à l’horizon, et le roi est pratiquement invisible.

Depuis 2018, Abu Azaitar et ses deux frères monopolisent l’attention du monarque. Mohammed n’est pas seulement distrait. Il est souvent carrément absent. Il a toujours aimé voyager et partir en vacances, mais depuis qu’il a rencontré les Azaitar c’est encore beaucoup plus manifeste. Parfois il s’isole avec la fratrie dans la campagne marocaine. Ou leur groupe s’échappe en vacance en Afrique de l’ouest. Mais quand ils se lassent du Gabon –”on s’ennuie tellement, il y a la plage et rien d’autre à faire”, se lamente l’un d’eux – ils montent à Paris. Un ancien responsable estime que le roi a passé 200 jours hors du pays l’année dernière.

“On est un avion sans pilote”

La première fois qu’on a vu Mohammed avec les Azaitar c’était le 20 avril 2018, à une cérémonie en hommage à leurs succès sportifs. Dans les photos distribuées à la presse, on voit le roi et les trois frères avec une ceinture de champion de MMALeur amitié se renforçant, Abu Azaitar a multiplié les photos de lui avec le roi. Lui et ses frères se sont joints à l’entourage itinérant du monarque, en tant que “coachs personnels”, se sont laissé dire les responsables, et ils ont aussi emmené leur famille et leurs amis. En un sens, cette amitié s’est révélée salutaire pour le roi : visiblement en surpoids au moment de sa rencontre avec les frères Azaitar, il avait alors des problèmes d’asthme et pulmonaires. Depuis, ses amis athlètes ont fait installer une salle de sport au palais, il a commencé à faire de l’exercice et son visage est devenu moins soufflé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *