16 April 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Le Vendredi 15-09-2023

Quatre écoles fondamentales et communales de la région, situées à Marcinelle, Couillet et Charleroi-Nord ont été la cible d’incendies et d’actes de vandalisme dans la nuit de mardi à mercredi. Les foyers, de faible ampleur, ont rapidement pu être éteints. “La thèse criminelle est avérée. Il faudra voir ce que dira le parquet de Charleroi, mais c’est un dossier qui va être mis à l’instruction, car c’est clairement politique”, a indiqué la zone de police à l’agence Belga ce mercredi matin.

Sur place, les pompiers ont en effet trouvé des tags de protestation sur des murs intérieurs et extérieurs de certaines écoles touchées avec l’inscription “NO EVRAS.” Evras, pour “Education à la Vie Relationnelle Affective et Sexuelle”. C’est une nouveauté de la rentrée, les élèves de 4e secondaire, mais aussi de 6e primaire devront recevoir deux heures d’animation relative à ces thématiques. Le décret qui acte cette mesure a été adopté à l’unanimité au Parlement wallon mardi.

Le parquet et la police fédérale saisis

“C’est du jamais vu”, explique Laurent Van Doren, chef de corps de la police de Charleroi, “comme il s’agit de 4 actes criminels avec une intention commune, j’ai contacté le procureur du Roi ce matin pour avoir son point de vue sur la matière et nous avons sollicité la police judiciaire fédérale et le laboratoire de manière à effectuer tous les prélèvements dans les écoles, de manière à confondre les auteurs.”La Ville de Charleroi, dont dépendent les quatre écoles, a organisé un point presse à l’école Hublinbu de Marcinelle, l’un des établissements touchés. “Ce sont des actes de barbarie absolue. De terrorisme. Tout sera mis en œuvre pour arrêter les auteurs”, a notamment lancé le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette (PS), “c’est d’une violence inouïe ! Imaginez les enfants de 2 ou 3 ans ne vont pas comprendre pourquoi on brûle leur école. Quand on s’attaque comme ça aux libertés publiques, à la liberté d’enseignement, quand on s’attaque à la tolérance en recourant à la violence. J’appelle ça des actes de barbarie et de terrorisme, il faut nommer les choses.”

Les équipes éducatives sous le choc

“On est tous K.O., choqués et en colère”, a poursuivi l’échevine PS de l’enseignement, Julie Patte. “On peut discuter, on peut ne pas être d’accord, mais je trouve cela complètement fou d’en arriver à des actes pareils. Ici on touche 4 écoles, mais vous imaginez l’impact sur les enfants ? Même au niveau de l’ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles, c’est innommable et contre productif.”Les équipes des écoles seront prises en charge par une cellule d’aide psychologique.L’une des écoles fonctionne normalement tandis que les trois autres sont provisoirement fermées. Des garderies ont été organisées pour les parents qui ne pouvaient pas garder leur enfant. Un soutien psychologique a par ailleurs été sollicité pour les équipes et les enfants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *