25 June 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Sources :de Morgen,

Justice intérieure

Nicolas Maeterlinck
Des sanctions beaucoup plus sévères en route pour espionnage, Ministre de la Justice Van Tigchelt : “C’est urgent”
Le ministre de la Justice Paul Van Tigchelt (Open VLD) souhaite rendre possible le plus rapidement possible des peines de prison pour les personnes reconnues coupables d’espionnage et d’ingérence étrangère. Il dit cela dans De Standaard. Ces sanctions plus sévères font partie du nouveau code pénal, qui entrera en vigueur d’ici deux ans. Mais Van Tigchelt ne veut pas attendre cela. Ecolo-Groen demande maintenant au gouvernement d’assurer une transparence totale sur les documents entourant le dossier Creyelman
Il y a plus de 5 ans, Oswald Gantois a été condamné, un diplomate belge qui, selon ses propres mots, pensait qu’il était “un peu trop James Bond” et qui avait divulgué des informations secrètes aux Russes pendant plus de deux décennies. Gantois a été condamné à un an de prison avec sursis pour ces faits, mais – étonnamment – non pas pour espionnage, mais pour “constitution d’une bande en vue de commettre un faux”.

Et ce n’est pas un hasard, accusait le procureur général de Bruxelles, Johan Delmulle, dans un discours la même année . « Notre arsenal juridique pénal pour poursuivre les délits d’espionnage est très obsolète – certains articles sont antérieurs à la Seconde Guerre mondiale – et doit être adapté à la société et à la réalité contemporaines. »

Frank Creyelman en 2009
Chine
L’ancien député flamand Frank Creyelman du Vlaams Belang était-il un informateur pour la Chine ?
Le discours de Delmulle n’a pas été prononcé sur une pierre froide. Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) et son successeur Vincent Van Quickenborne (Open VLD) ont alors œuvré en faveur d’un nouveau code pénal. Elle prévoit également des sanctions plus sévères en cas d’espionnage et d’ingérence étrangère. Pour espionnage, ce serait une peine de prison de 5 à 10 ans, pour ingérence étrangère, ce serait une peine de prison de 3 à 5 ans.

Il faut d’urgence changer la loi.
Seulement : le nouveau code pénal n’entrera en vigueur que d’ici 2 ans au plus tôt. Et le ministre fédéral de la Justice Paul Van Tigchelt (Open VLD) ne veut pas attendre cela. Certainement pas à une époque où l’espionnage et l’ingérence semblent à nouveau omniprésents. “J’ai maintenant demandé au gouvernement de mettre rapidement en vigueur ces articles, compte tenu de leur urgence”, confirme-t-il dans “Le Matin” sur Radio 1.

Dès 2018, la Sûreté de l’État a signalé au président de la Chambre des représentants de l’époque des problèmes d’intégrité avec le député de l’époque, Filip Dewinter (Vlaams Belang).

Ministre de la Justice Paul Van Tigchelt (Open VLD)
“Et cette urgence a été suffisamment démontrée ces derniers jours et semaines”, ajoute Van Tigchelt. Par exemple, le Bélanger flamand Frank Creyelman a récemment été démasqué comme informateur d’un espion chinois et des questions pertinentes sont désormais également posées sur son frère, le député VB Steven Creyelman . “Ce n’est pas un hasard si ces espions contactent les parlementaires, car c’est là que les limites sont tracées. Mais il ne s’agit pas ici d’intérêts belges, mais d’intérêts étrangers.”

Il cite également la Russie, un pays en guerre et engagé dans une guerre hybride : non seulement sur le champ de bataille, mais aussi en termes de collecte d’informations et d’influence. “Ces derniers mois, nous avons expulsé pas moins de 19 espions russes du pays. Ce n’est pas une mince affaire.”

Politique
Les dirigeants des factions de la Chambre demandent conseil à la Sûreté de l’État concernant le député du Vlaams Belang Steven Creyelman
Mise à jour
mar. 19 décembre
16h52
Extrêmement juste
“Nos services de renseignement avertissent depuis un certain temps que des espions russes et chinois se rapprochent des hommes politiques d’extrême droite, car les deux partis sont épris de régimes autoritaires et cela rend ces gens impressionnables”, explique Van Tigchelt. “Il y a maintenant des nouvelles de ces messages (de Frank Creyelman, ndlr). Mais déjà en 2018, la Sûreté de l’Etat a signalé au président de la Chambre d’alors des problèmes d’intégrité avec le député de l’époque Filip Dewinter (Vlaams Belang).”

Qu’en est-il du député Steven Creyelman, président du comité des achats de l’armée ? “La Chambre a demandé un rapport à la Sûreté de l’Etat. Le Vlaams Belang a raison de dire que la “culpabilité par association” n’existe pas. Mais il y a aussi des messages (de Frank Creyelman, ndlr) dans lesquels il est fait référence à son frère et il a demandé certaines questions au Parlement. La question qui se pose est de savoir si Steven lui-même a été manipulé par son frère, ou s’il en savait plus. Ce jugement appartient à la Chambre.

Les Verts demandent une audition des services de renseignement au Parlement. Cela devrait se concentrer sur les réseaux chinois dans la politique belge. «La Flandre mérite mieux que ‘l’intérêt chinois’. Nous devons aller au fond des choses”, déclare le chef de groupe parlementaire Wouter De Vriendt (Verts).

C’est un vrai scandale d’état, et ils n’ont pas l’air de tenir cela au sérieux, alors que c’est justement très sérieux, il y a des agents marocains qui sont en mission en Belgique et au sein du Parlement européen Ils espionnent les belgo-marocains et influencent les votes en faveur du Maroc au Parlement européen.

Oui, il faut sanctionner les pays qui commettent de l’ingerence sur fond d’espionnage tel que la Russie et la Chine, mais les plus dangereux et efficace sont les agents de la DGED pour le Maroc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *