30 May 2024

Nouvelles de Palestine:
Le Hamas vient d’écrire lhistoire militaire !

Édité par le rédacteur en chef ALY BAKKALI TAHIRI


Malgré l’assassinat de dizaines de milliers de civils, “Israël” n’a pas été en mesure de vaincre le Hamas ou d’atteindre ses objectifs à Gaza.

Après six mois de combats brutaux et le retrait de l’armée sioniste génocidaire de la ville de Khan Yunis, dans le sud de Gaza, plusieurs commentateurs “israéliens” et occidentaux ont fait valoir que le Hamas gagne la guerre et a fait l’histoire militaire dans cette opération.

Sir Tom Phillips, un ancien diplomate britannique qui a été ambassadeurmdeur en “Israël” et au Royaume d’Arabie saoudite, a écrit le 9 avril à Haaretz que le Hamas avait réussi à atteindre son objectif « d’obtenir la libération du plus grand nombre possible de Palestiniens détenus dans les prisons “israéliennes” et de se réaffirmer en tant que force avec laquelle il convient de compter ».

Il a ajouté que le Hamas avait survécu « à l’assaut de Tsahal plus longtemps que toute guerre qu’Israël n’a jamais combattue » et qu’en « ce fait, ils ont complètement écrasé le statut de dissuasion tant vanté d’Israël. En bref, et avec des conséquences potentielles à long terme pour “Israël”, les forces israéliennes ne semblent plus invincibles. »

Le Hamas a bloqué un éventuel accord de normalisation entre l’Arabie saoudite et “Israël”, qui semblait inévitable avant le début de la guerre le 7 octobre, et a remis la question palestinienne « sur la carte internationale » après des années où l’Autorité palestinienne (AP) n’a pas réussi à le faire.

Une victoire finale pour le Hamas, note Phillip, est la « vitesse qui fait tourner la tête de la délégitimation d’”Israël” après le 7 octobre aux yeux de beaucoup dans le monde ».

Le 8 avril, le journaliste “israélien” Amos Harel a également écrit dans Haaretz que les principaux objectifs d’Israël dans Khan Yunis « n’ont pas été atteints ».

À la suite du retrait de la 98e division du sud de la ville de Gaza, Harel a noté que les « deux objectifs de l’armée criminelle “israélienne” étaient la capture des hauts responsables du Hamas à Gaza et le sauvetage des prisonniers “israéliens” actuellement détenus par la résistance palestinienne à Gaza ».

« On devrait dire la vérité au public : l’énorme nombre de tues civils et la destruction que les Tsahal laissent à Gaza, ainsi que quelques pertes de notre côté, ne nous rapprochent pas actuellement de la réalisation des objectifs de la guerre », a-t-il conclu.

Dans une analyse dans Yedioth Ahronoth, l’analyste politique israélien Nadav Eyal a expliqué qu’”Israël” avait souhaité rétablir son pouvoir de dissuasion, éliminer le Hamas et libérer les prisonniers détenus par le Hamas à Gaza. Mais aucun de ces objectifs n’a été atteint.

« L’échec d’”Israël” ne repose pas sur la présentation des objectifs de la guerre – qui ont été pleinement soutenus par tous les pays occidentaux. L’échec réside entièrement dans l’exécution », a écrit Eyal, ajoutant que « la guerre ne se fait pas gagner simplement en tuant. Un acte politique complémentaire est nécessaire. »

Le premier échec, selon le rapport, a été « la souffrance civile à Gaza ».

« Ceux qui veulent renverser le régime du Hamas à Gaza ne devraient pas mener de campagne de vengeance de style romain, ni mener de représailles comme s’il s’agissait des années 1950. »

Le commentateur “israélien” a également blâmé le Premier ministre israélien Netanyahu pour son attitude envers Washington. « La confrontation publique et maléfique de Netanyahu avec l’administration Biden n’a fait que souligner la faiblesse d’”Israël” », a-t-il déclaré.

Eyal a également noté qu’”Israël” s’était isolé dans la communauté internationale et que même ses alliés à Washington et à Bruxelles commençaient à se retourner contre lui.

« Non seulement (Israël) a perdu son soutien dans la majeure partie de l’Occident, et est très proche d’un embargo sur les armes en provenance de l’Europe, même parmi ses grands alliés, les plaques tectoniques sont en mouvement. »

Le 27 mars, les responsables du renseignement “israélien” ont également noté le changement à Washington.

Ils ont déclaré au Telegraph que l’objectif déclaré du gouvernement israélien d’« éradiquer le Hamas » dans la bande de Gaza est devenu irréalisable après que les États-Unis aient « tourné le dos » à Tel Aviv en s’abstenant lors d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU (UNSC) plus tôt dans la semaine.

« Si vous m’aviez demandé cela il y a un mois, je dirais certainement oui [nous pouvons éliminer le Hamas] parce que, à ce moment-là, les Américains soutenaient Israël », a déclaré un responsable du renseignement “israélien” au quotidien britannique, suggérant que cette évaluation « avait maintenant changé ».

« Les États-Unis ne soutiennent pas l’entrée dans Rafah, ce qu’ils ont fait auparavant, donc les cartes en ce moment ne sont pas bonnes, ce qui signifie qu’Israël doit faire quelque chose de dramatique et de drastique pour changer l’élan et le climat », a ajouté la source, soulignant que « la pression monte sur “Israël” pour parvenir à une sorte d’accord, ce qui signifie que le Hamas pourrait survivre. Le Hamas et les Iraniens jouent tous deux dessus. »

Selon le responsable, la croyance à l’intérieur de l’appareil de sécurité “israélien” est que le Hamas est « axé sur la survie jusqu’à l’été », lorsque la campagne électorale américaine sera complète.

S’exprimant sur la chaîne turque Haber Global, l’analyste militaire et colonel à la retraite Eray Gucuer a également suggéré que le Hamas gagne la guerre tout en discutant du retrait israélien de Khan Yunis avant un assaut présumé contre Rafah.

« Si l’armée “israélienne” est vraiment dans une situation où elle ne pourrait pas attaquer Rafah, sauf en retirant sa brigade de Khan Yunis, cela signifie qu’elle a effectivement perdu la guerre terrestre. »

« “Israël”, dans cette guerre, a presque complètement détruit Gaza et tué des milliers de civils. Cependant, les Brigades Al-Qassam existent toujours.

Jusqu’à ce moment, il a une supériorité militaire sur le terrain… personne ayant une expérience militaire ne peut cacher son admiration pour les tactiques étonnantes adoptées par Al-Qassam… En effet, ils écrivent l’histoire. »

« Imaginez, depuis le début de la guerre à Gaza et jusqu’à aujourd’hui, nous entendons encore parler de Beit Hanoun et de Ben Lahia, du quartier d’Al-Nasr et du quartier d’Al-Zaytoun. Pourquoi ? Parce que les agents de Qassam ont inventé pour la première fois de la vie une tactique que j’ai vue dans l’histoire des guérillas », a-t-il conclu.

Source 👈🏿

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *