22 July 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

La France a tenté de jouer les Américains avec leurs lois extraterritoriales… MÉFIEZ-VOUS

En avançant les lois françaises de la laïcité, le directeur de l’école privée Victor Hugo a Marrakech, a interdit d’accès aux élèves portant un voile comme coiffure…

Mais la Loi marocaine vaut pour tous les établissements du pays, y compris dans les lycées français. Ce vendredi 21 juin, le tribunal de première instance de Marrakech, au Maroc, a donné raison à une élève du lycée français de la ville, qui avait été empêchée de rentrer dans l’établissement avec son voile sur la tête 10 jours plus tôt.

La direction des écoles ont l’obligation de laisser les l’élèves coiffées d’un voile participé aux cours en présentiel !

Selon Le Parisien , qui rapporte l’histoire, la jeune fille de 14 ans avait été raccompagnée devant le lycée Victor Hugo, priée d’enlever son voile. Choquée, la mère de l’adolescente s’est tournée vers la justice via une procédure en référé trois jours après l’incident, le 13 juin dernier. Elle a défendu sa fille en indiquant que l’obligation aux élèves d’enlever leur voile dans les lycées français ne s’appliquait pas dans les autres établissements de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) au Maroc.

La Justice marocaine leur a donné raison et il y a même prévu des astreintes journalières au cas de refus de l’établissement de laisser entrer les élèves voilées si elles le souhaitent. Cette amende n’est que de 500 dirhams par jour, soit un peu moins de 50 euros par jour de refus d’accès aux élèves visées, Nous estimons que dette amende est ridicule par rapport à la l’atteinte de la Souveraineté du Royaume Chérifien, il faudrait une amende d’au moins de 5000 Dirhams par jour afin de décourager toutes nouvelles tentatives d’interférence avec la Culture, la Religion et les coutumes du Maroc.

Il semblerait que ce soit un test pour voir jusqu’où peuvent-ils s’ingérer dans les décisions sensibles du Pays de Amir El-Mouminin.

Et nous sommes fières que la justice marocaine ne s’est pas laissée intimider par l’ancienne colonisatrice d’un grande partie du royaume.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *