22 July 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Source: barlamane.com

Ceux qui suivent les affaires nationales ne peuvent s’empêcher d’être étonnés en lisant la nouvelle publiée en exclusivité par le site « Parliament.com », hier mardi, dans laquelle il est question de l’enquête sur Abdallah Boussouf, secrétaire général de la Communauté. Conseil, et Saeed Al-Fakak, leader du Parti du progrès et du socialisme, et qui est avec eux, soupçonné d’être lié au scandale du « financement d’une campagne de propagande malveillante qui attaque la monarchie, les institutions constitutionnelles et les intérêts sécuritaires marocains ».

lecteur ressent plutôt un pincement au cœur dans « Al-Wataniya » lorsqu’il voit des responsables et des hommes politiques marocains, y compris ceux qui disposent d’un budget public, entourés de soupçons de financement d’une personne nommée Idris Farhan, entourés de soupçons d’association avec des agendas étrangers attaquant Sa Majesté le Roi, les personnalités nationales et les institutions publiques.

Bien que nous croyions au principe de certitude de l’innocence et que le fondement de l’affaire est l’innocence, sauf preuve contraire par une décision ayant force de chose jugée, la moralité des personnes faisant l’objet d’une enquête et la criminalité d’Idris Farhan, le bénéficiaire de ces transferts financiers, nous amènent à soulever des questions légitimes qui n’ont absolument rien à voir avec l’issue judiciaire.Comme nous savons que le principe est l’innocence, nous sommes bien conscients que la vérité judiciaire diffère dans bien des cas de la vérité factuelle ! Parce que quelqu’un qui est innocent selon une décision de justice ne l’est pas toujours en réalité, car de simples soupçons et un manque de preuves peuvent parfois transformer le véritable criminel en un accusé innocent.Parmi les questions qui inquiètent la presse et l’opinion publique marocaines concernant le scandale des fonds généreux qui ont été injectés sur le compte d’Idris Farhan, lui donnant des doses supplémentaires de vie numérique à utiliser pour nuire à la vie personnelle des Marocains, figurent peut-être les suivantes :

Que pouvait dire Abdallah Boussouf en présence de Sa Majesté le Roi, qui l’a aimablement nommé au conseil communautaire, tout en abritant secrètement d’énormes fonds qui étaient périodiquement dirigés vers une personne s’attaquant aux constantes unificatrices du peuple marocain, notamment la monarchie et le droit constitutionnel. système de gouvernement ?Comment Saeed Al-Fakak et Abdullah Boussouf justifieront-ils le soutien financier apporté à Idriss Farhan, afin de l’exploiter pour prolonger le temps de la diffamation contre les femmes et les policiers marocains qui portent le fardeau de servir les questions de sécurité nationale et des citoyens ?De quelle manière les Marocains rencontreront-ils le « juriste » Abdallah Boussouf et le « politicien » Saeed Al-Fakak alors qu’ils sont témoins de la campagne de diffamation et de mépris dans laquelle Idris Farhan s’est engagé à l’encontre de nombreuses personnalités publiques et privées marocaines ?Il est regrettable qu’un responsable marocain s’empare du tranchant de la hache qu’Idris Farhan sort du fourreau de la propagande et l’aide à porter atteinte à l’honneur des Marocains et des Marocaines. En effet, il est navrant pour Idris Farhan de nous combattre avec l’argent des fonctionnaires et des dirigeants qui sont censés être l’un d’entre eux et ils sont des nôtres.C’est véritablement l’une des catastrophes dans lesquelles le patriotisme est mis à l’épreuve. Comment est-il possible qu’un haut fonctionnaire prodigue de l’argent à Idris Farhan, qui attaque Sa Majesté le Roi avec l’arme des fausses nouvelles, calomnie les policières et les policiers, et lui fournisse même des billets de voyage pour sa famille afin que celle-ci puisse voyager gratuitement avec sa famille, avec de l’argent qui porte atteinte à la réputation et à l’honneur des Marocains ?Oh, le « Secrétaire » du Conseil communautaire, et l’honnêteté a son fardeau et son poids auprès de ALLAH ! N’y a-t-il eu personne d’autre qu’Idris Farhan, recherché au niveau national et international, pour financer sa propagande lourde et vulgaire qui a résonné en Algérie avant le Maroc ?

N’y a-t-il personne, parmi les membres de la communauté marocaine à l’étranger, plus méritant de financements et de soutien financier autre qu’Idris Farhan, qui propage des rumeurs qui portent atteinte à la réputation du Maroc et des Marocains ? Ou est-il logique de permettre à Idris Farhan de consacrer des millions à sa toxicomanie et, avec ce qui lui reste, de payer les honoraires de l’avocat italien qui le représente contre les intérêts du Maroc ? C’est une époque de médiocrité et la médiocrité a ses propriétaires. Nous ne pouvons pas croire naïvement qu’Idris Farhan faisait chanter Abdullah Boussouf, Said Al-Fakak et leurs proches, car les hommes d’État portent plainte et ne se soumettent pas au chantage ni à la diffamation ! Alors, où sont vos plaintes, ô secrétaire du Conseil et camarade politique ? Malheureusement, aucune plainte n’a été enregistrée ni aucun rapport n’a été déposé, ce qui ouvre la porte à des déductions et à des conclusions que nous ne voulions pas voir émerger dans l’ambiguïté et la confusion qui entourent cette question. Il est également intéressant de noter que le financement d’Idris Farhan réduit de nombreux crimes, soupçons, et des revers moraux. L’homme est recherché par la justice et fait l’objet d’une enquête internationale, ce qui donne à la question de son financement la nature du crime d’« assistance à un criminel recherché par la justice ». Qui est ce criminel, Idris Farhan, et dans quel crime est-il impliqué ? Où ? Il est impliqué dans la compromission de la sécurité intérieure et extérieure du Royaume, ce qui encercle encore davantage ceux qui lui fournissent de l’argent pour attaquer leur honorable pays, ainsi qu’en injectant de l’argent dans les comptes d’une personne qui se livre au chantage, au vol, à la fraude, à la diffamation, et porter atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’État, est un acte de participation dont les éléments fondateurs sont les mêmes que le crime initial. Il n’est pas non plus improbable que l’argent de la « générosité » accordé à Idris Farhan aurait fini dans d’autres crimes graves plus grave encore, et ici la question du détournement d’argent et du blanchiment d’argent reste possible et non exclue. En général, le scandale des fonds fournis ou soupçonnés d’être fournis par tout le monde n’est pas considéré comme Abdullah Boussouf et Said Al-Fakak ne sont que la partie flottant de l’iceberg au-dessus des dépotoirs d’Idris Farhan, qui croule sous les griffes de la trahison et de l’hostilité envers le Maroc. De nombreuses surprises choquantes seront bientôt révélées par l’enquête menée par la Division Nationale de la Police Judiciaire sur ce scandale. Alors que ces scandales se multiplient et que leurs fragments explosent, Idris Farhan et ceux qui le font sortir de derrière le voile de « trahison à la patrie » » vivra l’heure de la vérité ! Ou plutôt, ils vivent les derniers jours de diffamation et d’atteinte à l’intégrité intérieure et extérieure du Maroc. Comme on le disait il y a longtemps : « Ô Dieu, protège-moi du mal de mes compagnons, mais quant à mes ennemis, je m’ en occupe. » À suive..

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *