30 May 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Source: https://maghrebalalam.com/

Le cas de l’enquête contre Abdallah Boussouf, secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, concernant son financement d’un fugitif de la justice, accusé dans des affaires d’atteinte à la sécurité de l’État à l’intérieur pays et à l’étranger, est l’arbre qui cache la forêt. .Coïncidant avec les informations judiciaires portées contre lui, et dans un précédent du genre, et peut-être le premier sous son règne, Idriss El Yazami, président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, a usé de ses pouvoirs légaux et a donné des instructions pour accorder aux salariés de cette institution et ses sous-traitants une indemnisation du treizième mois après qu’il les a privés de son secrétaire général.

Alors que les salariés, dirigeants et prestataires du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger étaient tenus de percevoir une indemnité équivalente à la valeur du salaire de chacun d’eux à la fin du mois de décembre dernier, comme ils avaient l’habitude de le faire à la fin de chaque année, Abdullah Boussouf, le secrétaire général, a continué d’hésiter à le leur accorder, avant qu’Al-Yazmi, que tout le monde continue de considérer comme la « figure de proue » de cette institution, n’intervienne et mette fin à l’état d’observation et d’attente dans leurs rangs.

Indépendamment de la rémunération de ses membres pour les tâches et pour leur participation aux séances du conseil, même si l’adhésion à celui-ci est volontaire, parler de la rémunération des salariés et de ses heureux vaillants est devenu nécessaire, car peu d’institutions au Maroc accordent le 13ème mois à leurs salariés, et des contrats « Hassi Massi » avec des consultants et d’experts extérieurs, conformément aux dispositions de l’article 19. Toutefois, il n’existe aucune trace des concours de recrutement et de passation des marchés d’experts avec le Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger sur son site internet et sur le site du service public, sachant qu’elle est considérée comme l’une des institutions de l’Etat et bénéficie du bilan qui lui est transféré chaque année.


On fouille dans le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, qui regorge d’amis et de connaissances de Boussouf, dont certains n’ont jamais fréquenté son bureau, parmi lesquels des personnalités médiatiques, des contractuels, des professeurs d’université et une armée de consultants et d’entrepreneurs avec lesquels il entretient des relations. , peut conduire à décrypter une pieuvre aux multiples bras, intérêts et extensions, qui épuise les finances de l’État.

Ce ne sont pas seulement les salaires et indemnités qui drainent les finances de cette institution, mais aussi les nombreux voyages à l’étranger, qui profitent exclusivement aux proches de Boussouf, les services d’impression des publications, les dépenses de la chaîne électronique nouvellement créée “AWAASR TV”, et la rémunération de ses encadrants, occupent une part importante du budget.

En outre, l’argent des partenariats médiatiques qu’il a conclus avec des institutions médiatiques spécifiques, sous couvert de réaliser des projets superflus tels que des « portraits » d’immigrés marocains ayant réussi à l’étranger, écrits ou photographiés, sont des institutions qui n’ont pas publié un seul mot sur la nouvelle de l’enquête avec Boussouf, mais je me suis plutôt porté volontaire pour jouer le rôle de porte-parole officiel à son égard et j’ai publié sa réponse à son accusation, qui a été critiquée par tout le monde.Tout cela, en plus du budget qui est alloué annuellement à la galerie du Conseil à la Foire Internationale de l’Édition et du Livre, qui est sacrée «la meilleure galerie» chaque année, et ne suit pas les procédures légales décrites pour sa réalisation, en recourant à annoncer un appel d’offres comme le font toutes les institutions, mais choisit depuis des années un seul prestataire de services, en plus de l’indemnisation des personnes impliquées dans ses séminaires et réunions, et des frais de billets d’avion et d’hébergement de ses invités.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *