30 May 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Source : RTBF

Le Premier ministre Alexander De Croo débute ce lundi une visite de deux jours au Maroc. Il est accompagné des ministres de l’Intérieur, de la Justice, des Affaires étrangères et de la secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration. Cette visite se déroule dans le cadre d’une invitation du Maroc. Le menu est chargé avec un gros volet politique fait de rencontres avec les ministres du gouvernement marocain, avant un volet économique avec une vingtaine de chefs d’entreprises belges qui font partie du voyage. Les sujets ne manquent pas : la sécurité, la migration et aussi le renvoi des détenus marocains présents dans nos prisons belges. Les détenus marocains dans nos prisons belges. Parmi les sujets qui seront abordés lors des discussions politiques, il y a le sort des détenus marocains emprisonnés chez nous. Ils sont 1.100 détenus marocains – dont 700 sont sans papier – sur les 12.000 détenus que comptent nos prisons. Le Maroc est plutôt frileux à l’idée de reprendre les criminels condamnés sur notre territoire. Le Maroc fait, lui aussi, face à une surpopulation carcérale. Or, certains gangs, qui ont souvent la double nationalité, jouent un rôle important dans le trafic de cocaïne du port d’Anvers. Les montagnes marocaines sont connues pour la culture du cannabis. Le Maroc reste le plus grand producteur de haschich pour le marché européen. Face à la grève qui a commencé le 1er avril dans nos prisons, en raison de la surpopulation dénoncée par les gardiens de prisons, le Ministre de la Justice Paul Van Tigchelt (Open Vld), fait de ce sujet un enjeu majeur de ce déplacement au Maroc.

Le renvoi des Marocains

La coopération avec le Maroc est difficile lorsqu’il s’agit pour lui de reprendre des compatriotes. Depuis le début de l’année, la Belgique a pu renvoyer une quarantaine de Marocains. Ceux-ci avaient épuisé tous les recours légaux. Mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’un accord migratoire soit conclu lors de ce déplacement des ministres belges. L’intention est surtout de discuter et de voir ce qui peut être mis en place.Sécurité et lutte contre le terrorismeLors de cette visite, il sera aussi question de sécurité. Le Maroc est considéré comme un bon partenaire par la Belgique dans le domaine de l’échange d’informations. Le Maroc participe à la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. Les hauts dirigeants de la police et de la justice belges rencontreront leurs homologues pour voir comment collaborer davantage.Plusieurs chefs d’entreprise dans les valises de la délégation.

Enfin, il sera question aussi d’économie. Une vingtaine de chefs d’entreprises belges font le déplacement au Maroc. Parmi eux : des entreprises de dragage DME et Jan De Nul d’Anvers-Zeebrugge ou encore l’entreprise Fluxys. Selon les chiffres de l’Agence pour le commerce extérieur, la Belgique a exporté 1,3 milliard d’euros vers le Maroc en 2023. Il s’agit principalement de produits chimiques, de métaux de base et de machines. Mais quand on sait que le Maroc (aux côtés de l’Espagne et du Portugal) accueillera la Coupe du monde de football en 2030, tout le monde a bien compris que renforcer aussi les liens économiques avec ce pays est une priorité.La surêté de l’Etat disposera d’un officier de liaisonIl a été décidé que la Sûreté de l’État belge disposera, d’ici l’été, d’un officier de liaison à Rabat. Le Maroc est le deuxième pays, après les Etats-Unis, où le service de renseignement belge prendra pied. L’officier de liaison de la Sûreté de l’Etat pourra recevoir directement des informations des services de sécurité marocains sur des dossiers concernant la Belgique. Cette coopération existe déjà en principe, mais avec une personne sur le terrain, elle sera beaucoup plus directe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *