28 May 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Source: 7sur7.be

“La kalachnikov était déjà commandée”: six jeunes jugés pour avoir planifié un attentat contre Bart De Wever“Tentative d’assassinat de Bart De Wever, avec préméditation et dans un but terroriste”: voici l’accusation la plus marquante, mais pas la seule, d’un procès contre six jeunes musulmans radicalisés qui s’ouvre aujourd’hui. Le bourgmestre d’Anvers s’est constitué partie civile, car “il y avait un plan concret pour m’abattre”. Le procureur fédéral a requis des peines de 5 à 15 ans de prisons pour les mis en cause.

Le 27 mars 2023, la brigade antiterroriste de la police judiciaire fédérale d’Anvers a mené une opération d’envergure contre un groupe de jeunes en cours de radicalisation. Au cœur de ce réseau se trouvait Elias El A., originaire de Merksem, alors âgé 20 ans.

Elias El A. s’est distingué au sein du petit groupe par la diffusion de contenus radicaux sur Instagram sous le pseudonyme “Ilias_al_Baljiki”. Par ce biais, il propageait à l’échelle mondiale des messages favorables à la lutte armée islamique, incitant à soutenir l’État islamique et appelant à la décapitation des ennemis de l’islam. Elias était également actif sur TikTok, où il postait des vidéos extrémistes qui glorifiaient, entre autres, les attentats terroristes survenus à Bruxelles et à Zaventem. Une vision communeElias El A. n’opérait pas de manière isolée, comme l’ont découvert les enquêteurs de la section antiterroriste après avoir obtenu l’autorisation d’intercepter ses communications. Via le réseau social Telegram, il a noué des liens avec un musulman radicalisé de Bruxelles, Adam A., et quelques-uns de ses amis. À Anvers, Elias El A. a aussi formé un cercle de personnes partageant ses convictions. Ce groupe comprend Harun C., un ancien collègue d’une entreprise de nettoyage, son ami Ahmed Al O. de Deurne, et Jihad El H., ce dernier étant encore en phase de radicalisation. Elias El A. lui transmettait régulièrement des versets et des vidéos promouvant les idées salafistes.Entre-temps, Elias El A. a contracté un mariage religieux avec Vanessa B., une Bruxelloise depuis longtemps identifiée pour ses convictions religieuses radicales. Par ailleurs, il a établi des liens avec Sebastian B., un jeune radicalisé originaire d’Eupen. Sebastian était soupçonné d’avoir tenté un attentat contre le commissariat de police de Verviers en 2020, alors qu’il n’avait que 17 ans. À partir de mars 2023, l’inquiétude des enquêteurs s’intensifie face aux activités d’Elias El A. et de son groupe. Ces jeunes s’échangent mutuellement des idées radicales, des chants et des instructions pour combattre les “infidèles”. Divers indices révèlent qu’Elias El A. est activement à la recherche d’armes, de grenades et d’explosifs. Il diffuse des messages concernant des “wpns” (armes ou ‘weapons’ en anglais) au sein de groupes de discussion sécurisés, signalant ainsi une possible escalade dans leurs préparatifs violents.

: voici l’accusation la plus marquante, mais pas la seule, d’un procès contre six jeunes musulmans radicalisés qui s’ouvre aujourd’hui. Le bourgmestre d’Anvers s’est constitué partie civile, car “il y avait un plan concret pour m’abattre”. Le procureur fédéral a requis des peines de 5 à 15 ans de prisons pour les mis en cause., la brigade antiterroriste de la police judiciaire fédérale d’Anvers a mené une opération d’envergure contre un groupe de jeunes en cours de radicalisation. Au cœur de ce réseau se trouvait Elias El A., originaire de Merksem, alors âgé 20 “Ces jeunes avaient un plan pour m’abattre”Elias El A. s’est distingué au sein du petit groupe par la diffusion de contenus radicaux sur Instagram sous le pseudonyme “Ilias_al_Baljiki”. Par ce biais, il propageait à l’échelle mondiale des messages favorables à la lutte armée islamique, incitant à soutenir l’État islamique et appelant à la décapitation des ennemis de l’islam. Elias était également actif sur TikTok, où il postait des vidéos extrémistes qui glorifiaient, entre autres, les attentats terroristes survenus à Bruxelles et à Zaventem. Une vision commune Elias El A. n’opérait pas de manière isolée, comme l’ont découvert les enquêteurs de la section antiterroriste après avoir obtenu l’autorisation d’intercepter ses communications. Via le réseau social Telegram, il a noué des liens avec un musulman radicalisé de Bruxelles, Adam A., et quelques-uns de ses amis. À Anvers, Elias El A. a aussi formé un cercle de personnes partageant ses convictions. Ce groupe comprend Harun C., un ancien collègue d’une entreprise de nettoyage, son ami Ahmed Al O. de Deurne, et Jihad El H., ce dernier étant encore en phase de radicalisation. Elias El A. lui transmettait régulièrement des versets et des vidéos promouvant les idées salafistes. Entre-temps, Elias El A. a contracté un mariage religieux avec Vanessa B., une Bruxelloise depuis longtemps identifiée pour ses convictions religieuses radicales. Par ailleurs, il a établi des liens avec Sebastian B., un jeune radicalisé originaire d’Eupen. Sebastian était soupçonné d’avoir tenté un attentat contre le commissariat de police de Verviers en 2020, alors qu’il n’avait que 17 ans.À partir de mars 2023, l’inquiétude des enquêteurs s’intensifie face aux activités d’Elias El A. et de son groupe. Ces jeunes s’échangent mutuellement des idées radicales, des chants et des instructions pour combattre les “infidèles”. Divers indices révèlent qu’Elias El A. est activement à la recherche d’armes, de grenades et d’explosifs. Il diffuse des messages concernant des “wpns” (armes ou ‘weapons’ en anglais) au sein de groupes de discussion sécurisés, signalant ainsi une possible escalade dans leurs préparatifs violents.Elias El A. commence à collecter des informati­ons sensibles telles que l’adresse privée du bourgme­stre et des photosLes discussions au sein du groupe deviennent de plus en plus concrètes chaque jour. Elias El A. mentionne avoir établi un contact pour l’acquisition d’une kalachnikov accompagnée de deux chargeurs. Une date précise pour la livraison de l’arme a même été arrêtée.Le plan d’Elias El A. se précise également en termes de cibles potentielles. Selon des rapports antérieurs, il avait envisagé un attentat contre un commissariat de police. Cependant, au début du mois de mars, il dévoile à d’autres membres de son groupe un projet d’attentat visant le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA). Il commence à collecter des informations sensibles telles que l’adresse privée du bourgmestre et des photos, qu’il partage ensuite via des messages instantanés. Le projet d’attentat ne pourrait se concrétiser qu’après le ramadan, fixant ainsi un cadre temporel pour leur passage à l’acte.Face à l’urgence de la situation, il est grand temps d’intervenir. Le 27 mars 2023, les enquêteurs antiterroristes lancent une série de perquisitions ciblant le groupe autour d’Elias El A. La veille de cette opération, Elias El A. avait confirmé à un contact bruxellois son intention d’acquérir la kalachnikov. Cette confirmation a probablement accéléré la décision des autorités d’agir sans délai pour prévenir tout passage à l’acte.“Félicitations à la police”Le jour des perquisitions, six suspects sont arrêtés et incarcérés, tous soupçonnés de diverses infractions liées au terrorisme. Parmi les accusations portées contre eux, la plus grave est celle de “tentative d’assassinat de Bart De Wever et de personnes non identifiées, avec préméditation et dans un but terroriste”.Bart De Wever: “Ces gens avaient un plan concret pour me tuer. Je me suis inscrit en tant que partie civile afin de mieux comprendre cette affaire. Je félicite également la police pour le bon travail qu’elle a accompli.”Le procès s’est ouvert au tribunal d’Anvers, avec les plaidoiries des avocats de la défense et du procureur fédéral prévues pour aujourd’hui. La plupart des suspects sont en détention provisoire depuis près d’un an, en attente de ce moment crucial où la justice évaluera les preuves et arguments présentés de part et d’autre.Le procureur fédéral a requis une peine de 15 ans de prison à l’encontre d’Elias E.A. L’Anversois de 21 ans est considéré comme le chef de la cellule terroriste. Pour les cinq autres membres du groupe, le ministère public a requis des peines comprises entre cinq et douze ans de prison.

Nous devons nous rappeler que cette période pré-élection est très opportune pour régler ses comptes politiques, et qu’il y a certains partis politiques qui voient d’un très mauvais œil l’annonce officielle de Bart De Wever de s’implanter en Wallonie et à Bruxelles, ce qui fait grincer les dents de ses adversaires qui sont politiquement menacés sérieusement de perdre des sièges.

Les Services de renseignement avouent que 99,99% des “terroristes” sont suivis et connus et “encadrés” par les services secrets de chaque pays, et que sur ordre politique, ces “terroristes de service” sont “activés” pour commettre des attentats à la carte pour un objectif purement politique au détriment des Peuples.

De plus, il faut pas oublié qu’il y a certains partis politiques qui ont des contacts avec des bandes organisées et aussi avec des grands trafiquants de Drogue comme par exemple certains parlementaires européens qui ont était payé par les services secrets marocains pendant des dizaines années et même il y a certains bourgmestres qui ont des contacts avec les parlementaires qui ont fait le sale boulot pour les services secrets marocains en Europe, la preuve et

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *