30 May 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Sourxe: https://nos.nl/artikel/2507995-lekkende-nctv-er-kan-gevolgen-hebben-voor-relatie-marokko-en-nederland

L’affaire d’espionnage entourant un employé du Coordonnateur national pour la lutte contre le terrorisme et la sécurité pourrait avoir des conséquences diplomatiques sur les relations entre les Pays-Bas et le Maroc, estiment les experts en sécurité. Hier, s’est ouvert le procès contre Ab el M., 64 ans, soupçonné d’ avoir divulgué des secrets d’État au Maroc.

“Dans le passé, il y a eu des cas où des diplomates ont été expulsés après ce genre d’affaires”, explique Willemijn Aerdts, chercheur en renseignement à l’université de Leiden dans l’émission NPO Radio 1 Nieuws en Co. Elle pense que des discussions ont déjà eu lieu à ce sujet, “mais je pense qu’il est encore trop tôt pour faire des déclarations à ce sujet”.Comme le procès vient de commencer, seul ce que le ministère public a partagé est connu. Le suspect n’a pas encore fait de déclaration. Il est clair qu’il était un visage bien connu dans les locaux de NCTV. Il est d’origine marocaine et a pu assister à des réunions et consultations en tant qu’analyste.ChantageIl disposait de centaines de documents émanant du service de renseignement de l’AIVD et de dizaines de documents du service de renseignement militaire du MIVD, qu’il souhaitait éventuellement transmettre aux services de sécurité marocains. Selon le ministère public, des contacts entre El M. et les services de renseignement marocains pourraient exister depuis 1995.On ne sait toujours pas pourquoi il aurait fait cela. Selon son avocat, El M. n’a pas le droit de dire quoi que ce soit en raison de son devoir de confidentialité. Aerdts : “Nous ne sommes évidemment pas encore au courant de cette affaire. Si vous regardez la littérature scientifique sur le renseignement, il existe diverses raisons pour lesquelles les gens commettent leurs actes :

l’argent en fait partie, parfois l’honneur et aussi une idéologie.”

Dans des cas similaires, les employés ont parfois été victimes de chantage, par exemple s’ils avaient des dettes de jeu, explique Beatrice de Graaf, professeur d’histoire et experte en sécurité. Elle souligne également qu’il y a encore beaucoup de choses que nous ignorons sur cette affaire. Par exemple, El M. aurait pu être mis sous pression, ou pourrait être un soi-disant agent de construction qui travaillait depuis le début pour le gouvernement marocain.

Les documents trouvés sur lui ne seront pas des joyaux de la couronne, comme les informations sur les opérations de renseignement en cours.

Béatrice de Graaf, historienne

Il a été établi que l’un des documents que l’homme avait en sa possession est une analyse de l’AIVD de 2021 sur les activités des services de renseignement marocains aux Pays-Bas, toujours d’actualité. “Le Maroc est un pays qui tente de garder le contrôle sur d’éventuelles cibles à l’étranger ; il est accusé de suivre par exemple les militants marocains des droits de l’homme”, explique De Graaf.

“En outre, le Maroc est un leader en Afrique du Nord et en Méditerranée dans la lutte contre le terrorisme. De nombreux terroristes aux Pays-Bas sont d’origine marocaine. Un certain nombre ont été ou seront expulsés vers le Maroc. La crainte parmi ces détenus est qu’ils finissent entre les mains des services de sécurité qui savent déjà tout d’eux.”Top SecretsTout ce qui a été saisi auprès du suspect n’a pas fait l’objet d’une enquête. Plus de 46 téraoctets d’informations peuvent être trouvés sur les supports de données trouvés avec lui. Les documents qu’il a emportés avec lui ne constitueront pas le top secret des deux services de renseignement, affirme De Graaf.

Vraisemblablement, les analyses éditées se trouvent principalement dans le bâtiment NCTV. “Si des documents des services de renseignement parviennent au bâtiment du Coordinateur national de lutte contre le terrorisme, les services seront prudents. Ils ne seront pas des joyaux de la couronne, comme les informations sur les opérations de renseignement en cours.”

État semi-autoritaire

Pour un pays, il n’est formellement pas permis d’espionner un pays ami , explique De Graaf.

“Officiellement, vous le signalez si vous menez une opération dans le pays d’un allié.” Elle cite comme exemples les opérations liées à la drogue et les enquêtes sur les réseaux terroristes.”Il faut le signaler. Mais cela n’arrive pas toujours. Les États-Unis ont souvent mené des opérations sans en rendre compte aux Pays-Bas. Et dans ce cas, le Maroc ne pouvait absolument pas le signaler, car il s’agissait d’une opération dirigée contre les Pays-Bas. “.

Samira Jadir, correspondante au Maroc”Cette affaire d’espionnage pourrait certainement avoir des conséquences sur les relations diplomatiques entre les Pays-Bas et le Maroc, mais pour l’instant cela ne semble pas être le cas. Depuis l’arrestation d’El M. en octobre, il était déjà clair qu’il pouvait s’agir d’espionnage. , mais en décembre, le ministre de la Justice Yesilgöz s’est simplement rendu au Maroc pour signer un traité d’extradition et le secrétaire d’État Van der Burg a salué la coopération dans le domaine du retour des Marocains en séjour irrégulier aux Pays-Bas dans une interview accordée au journal De Telegraaf le mois dernier.Le fait qu’il n’y ait pas encore eu de réponse de la part du Maroc indique qu’ils considèrent également qu’il est important que les relations restent bonnes. En outre, ils attendent également de voir quel sera le résultat de la formation aux Pays-Bas et si le nouveau gouvernement s’en tiendra au même cap fixé ces dernières années.

De Graaf considère qu’il est pratiquement impossible que les Pays-Bas volent également des documents de cette manière au Maroc. “Le Maroc est un Etat dit semi-autoritaire, pas une démocratie ouverte comme les Pays-Bas. Les gens y prêtent plus d’attention. On dit même que le Maroc possède le service de sécurité le plus puissant de toute l’Afrique du Nord.”Une main derrière le dosSelon De Graaf, une démocratie ouverte se bat “avec une main derrière le dos”. “En fait, vous êtes toujours désavantagés.

Mais la question est, si tout cela s’avère vrai : dans quelle mesure cela est-il nocif en fin de compte pour les Pays-Bas ? Cela peut mettre en danger notamment les Néerlandais possédant un passeport marocain.”La prochaine audience dans cette affaire aura lieu en mai. Quoi qu’il en soit, El M. restera en détention d’ici là.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *