16 April 2024

Par Mehmet Inan

Dans la partie 1 de cette saga, nous avons vu comment l’Exécutif des Musulmans de Belgique avait été saboté à deux reprises : Durant les élections de 2005 et avec l’affaire Mohamed Boulif. Après ces affaires, les Turcs ont eu la majorité et la direction de l’EMB de 2005 à 2014. La situation fut plus ou moins calme pendant cette période de l’après 11/9/2001 .

L’implication de l’Administration des affaires religieuses Turque, la Diyanet, a contribué à ce calme. La Diyanet peut être considérée comme l’héritière du Califat qui fut dernièrement turc. De 2014 à 2018, des présidents Marocains ont été nommés à I’EMB. Mais surtout Daesh, de son nom médiatique occidental “Etat Islamique” est apparu. Cette organisation n’a rien d’Islamique. ElIe a usurpé le nom de l’Islam. Toutes ses actions et comportements sont contraires à l’Islam. Les actions de terreur se sont propagées dans le monde entier. Pour les médias, il était, et est toujours, très facile d’accuser l’Etat Islamique pour tous les attentats. Même la fusillade de Las Vegas, où 58 personnes ont été tué le 1 er octobre 2017, avait été mise sur le compte de I’Etat Islamique. Le tueur était Stephen Craig Paddock, 62 ans et pensionné. II n’a rien à voir avec l’Islam ou les Musulmans. L’Etat Islamique doit être considéré comme un fantôme dirigé par des services secrets, avec à leur tête le Mossad israélien. L’attentat du 23 mars 2024 à Moscou semble être une manipulation du même genre que l’affaire Abdessalem Lassoued. En dehors des attentats de Paris Novembre 2015 et Bruxelles mars 201 6, il n’y a pratiquement pas eu de procès contradictoire devant une cour de justice. Et les auteurs de ces attentats de Paris et de Bruxelles furent des jeunes qui n’avaient eu aucune éducation religieuse islamique. Ces personnes n’ont aucun lien avec les Mosquées. Malgré cela, l’Etat Belge a utilisé ces attentats comme excuse pour littéralement s’attaquer aux Musulmans. Il y a eu une commission parlementaire sur les attentats de Bruxelles 2016. Les membres de la commission ont écouté tous les opposants à l’Islam et conclu que l’Islam était impliqué dans les attentats de Bruxelles. Mais ils n’ont pas pu faire le lien avec l’Islam. J’avais expressément demandé à être entendu par cette commission. Ils ont refusé. Le rapport de cette commission fut un ramassis de préjugés. Pourquoi ? Sans compter les implications de services secrets de tous bords et des Sayanim, les attentats de Paris 2015 et Bruxelles 2016 ont été faits par des personnes allées en Syrie et ayant subit la manipulation des Daesh. Notamment l’instigateur Abaoud était un délinquant allé en Syrie. Il y a eu des milliers de jeunes partis en Syrie pour combattre contre un président qui était accusé de tuer sa propre population. II y en avait de toutes les sortes, des extrémistes, des radicaux, des idéalistes, des Salafistes, des délinquants, . Beaucoup sont revenus. La grande majorité de ces personnes, y compris les plus extrémistes et les Salafistes se sont calmées et structuré leurs vies. Les seules qui ont passé à l’acte et commis des attentats furent des personnes qui n’avaient eu aucune éducation religieuse digne de ce nom. Cela signifie clairement que l’éducation religieuse islamique, avec toutes ses erreurs et imperfections, fut une barrière très solide contre le passage à l’acte et la réalisation d’attentats terroristes. Sa présence a empêché le passage à l’acte, y compris dans les conditions de tensions les plus extrêmes. Lier ces attentats à l’Islam ne peut être fait que sur base de préjugés, comme le rapport de la commission sur les attentats de Bruxelles 201 6. L’Islam et les mosquées n’ont donc rien à voir avec ces attentats de Paris 2015 et Bruxelles 2016. Mais I’Etat belge a continué à accuser les mosquées, et à leur tête la Grande Mosquée de Bruxelles dont la gestion est retirée à l’Arabie Saoudite. Ces accusations sont basées principalement sur les rapports de la sureté de I’Etat, rapports anonymes dont les preuves restent cachées. La mosquée du président de I’EMB, Mehmet Üstün, située à Heusden-ZoIden reçoit un rapport de ‘I liens avec l’extrémisme” et sa reconnaissance est retriée. Dans la foulée, tous les imams qui peuvent avoir eu le moindre propos tendancieux sont visés. Mohamed Toujgani, imam de la plus grande mosquée de Belgique est interdit de séjour. Idem pour l’imam de la Grande Mosquée de Bruxelles, Abdelhadi Sewif. C’est l’attaque contre tout ce qui est islamique en Belgique. L’Exécutif des Musulmans de Belgique va aussi subir les foudres. D’abord son Président Echallaoui est accusé d’espionnage pour le compte du Maroc sur base de rapport de sureté de l’état. Il démissionne et porte plainte. La décision est exemplaire : les informations recueillies par la Sûreté « sont assimilables à un renseignement anonyme dépourvu, comme tel, de valeur probante ». Cette décision confirme l’excès des rapports de la sureté de l’état. La question à se poser est combien de Musulmans sont employés dans la sureté de l’état pour pouvoir évaluer l’importance et la signification des renseignements liés à l’Islam ? C’est à vérifier, mais le nombre de zéro ne m’étonnera pas, ou bien ce sont des opposants à l’Islam. Sur quelle base la sureté de l’état interprète les informations ? Est-ce sur base de rapports des services de israéliens ou les avis de S ayan irn liés à Israël ? Puis la reconnaissance de l’EMB est retirée par le ministre de la justice Vincent Van Quickenborne. Et récemment l’EMB est dissoute. Ce qui nous ramène à la même situation qu’en 1998, d’avant la création de l’EMB. Pour en arriver à cela, le ministre a accusé l’EMB de tous les maux : incompétence, manque de place aux femmes, besoin de renouvellement, Les excuses ne manquent pas. C’est comme si on demandait au Pape de s’entourer de femmes, d’intégrer des protestants au Vatican et de renouveler l’Eglise Catholique. Cela dit, on a demandé à l’EMB de faire fonctionner ensemble des croyances très diverses liées à l’Islam, mais allant de l’Indonésie jusqu’au Maroc et ce sous les ordres et contrôle de politiciens Belges infiltrés par des Sayanim qui ont tout contre l’Islam. C’est comme si on demandait aux Protestants et Catholiques de l’Irlande du Nord de collaborer ensemble dans les affaires religieuses tout en étant sous les ordres et le contrôle de politiciens Israéliens qui se nourrissent de cette division. Dans toute cette diversité des Musulmans, dans la situation chaotique de ces jours et après des décennies de manipulations médiatiques, politiques et judiciaires, le résultat de passivité des Musulmans peut être considéré comme un exploit. N’ayant aucun moyen d’agir sur le cours des événements, la grande majorité des Musulmans se distancent de ces attentats et les renvoie à la justice de Dieu. C’est une position sage qui permet de supporter ce chaos. Mais cela ne permet pas de calmer la situation. Les intellectuels Musulmans qui en sont capables devraient prendre leurs responsabilités et agir pour la justice et la paix. Il y a clairement un besoin pour une association d’intellectuels Musulmans. Mehmet Inan 26/03/2024

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *