4 October 2023

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Le Vendredi 12 Mai 2023

Source:

Plus d’un an s’est écoulé depuis la naissance du gouvernement Akhannouch, qui promettait beaucoup aux Marocains, et tout le monde croyait qu’il s’agissait d’un véritable gouvernement de sauvetage de l’héritage désastreux de Benkirane et

de son collègue El-Ottomani, à cause de ce qu’ils ont laissé derrière eux. grande rébellion et les effets sur les poches des Marocains et tuant tout espoir dans les concepts de changement et de démocratie. Nous souffrons tous de l’indifférence avec laquelle nous avons été accueillis par un gouvernement oligarchique qui ne reconnaît pas du tout un groupe appelé les classes opprimées, ce dernier qui ne trouve aucun soutien syndical ou politique pour le défendre, et qui n’a cessé de crier temps et criant son impuissance, et il n’a trouvé que des sites de réseaux sociaux pour lever la main vers Dieu pendant un moment pour se venger de son oppression: Ce gouvernement et se tourner à nouveau vers Sa Majesté le Roi pour supprimer ce grief et cette injustice qu’ils vivent à chaque instant de cette année noire.

Aujourd’hui, nous sommes tous face à face avec un nouveau gouvernement en tout pour détruire tous les espoirs restants d’une grande partie du peuple marocain qui se noyait chaque jour dans des décisions hâtives dans tous les secteurs et se retrouvait avec un groupe de politiciens amateurs qui ont rien à voir avec la sécurité proche ou lointaine d’après ce que je comprends Gestion et gouvernance, permettant ainsi au pays et au peuple de vivre les périodes d’errance et de chaos les plus graves et les plus dangereuses de l’histoire politique marocaine.

Quant à Akhannouch, le premier ministre sur le papier, ce sage en silence, il sait très bien qu’il est l’homme de scène par excellence, il l’a amené spécialement avec ses collègues du gouvernement, pour créer un grand sens pour l’Etat et mener à bien la mission de rappeler à tous que l’Etat c’est le palais et que le palais c’est l’Etat et que tout doit se faire A l’intérieur des murs de la Maison Makhzen, et à quiconque est prié de prétendre que le pays pourrait avancer sans ce presto historique , il se retrouvera du jour au lendemain avec les “vanishers” dans la plus grande poubelle du pays. Au vu des calamités réelles que traverse le pays dans tous les domaines, qu’ils soient économiques, politiques, juridiques ou sociaux, il nous est devenu nécessaire de demander à tous ceux qui sont troublés par la situation effrayante du pays et de demander à voix haute : Où va le Maroc ? La réponse à cette question n’a pas besoin du génie d’un chercheur ou d’un expert en statistiques, ni des rapports de la Cour suprême des comptes pour connaître le pourcentage de corruption que le pays a atteint.

Une petite enquête auprès des Marocains montre hors de tout doute que tout le monde souffre de deux choses, et tout le monde, s’il en avait l’occasion, fuirait le pays, et j’utilise le mot fuir parce que les gens souffrent de la pauvreté et de l’oppression d’une part, et d’autre part, et c’est plus dangereux que lorsqu’ils élèvent la voix pour protester, ils ne trouvent personne pour entendre leur plainte, d’autant plus que tous les responsables à tous les niveaux, qu’ils soient élus ou nommés, sont des hommes de pouvoir et des ouvriers qui ferment les portes de leurs bureaux et n’écoutent personne et font ne se soucient d’aucun de leurs cris. En effet, le Maroc vit l’étape la plus dangereuse du déclin en écoutant les préoccupations du peuple, de sorte que vous ayez peut-être en tête qui est le véritable maître de la prise de décision au Maroc ?

En fait, cette situation désastreuse que vit le Maroc avec le gouvernement d’Akhannouch n’a rien d’étonnant, du moins pour ceux qui suivent les affaires publiques, car Akhannouch, comme chacun le sait, n’est pas du tout un homme politique, car il est pauvre en communication, et tout les justifications de son échec qu’il attribue à la raréfaction du ciel et à la malédiction de la sécheresse, tout comme son statut d’homme Un grand homme d’affaires et investisseur dans le pays le mettra toujours en position de suspicion, car le mariage de la richesse et le pouvoir à la fois équivaut à une exploitation directe et au monopole de la décision politique qui ne servira que ses intérêts et de l’oligarchie financière qui le défend et le protège en même temps. Ils ne sont qu’un rassemblement de personnalités financières qui sont entrées dans le domaine de la politique non pas comme une question de changement dans le pays, mais plutôt de rassembler et de former une contre-force financière pour protéger leurs intérêts de tout danger qui les menace et de leur ascension retentissante. Sur cette base, un gouvernement manque d’un programme à orientation populaire, et du raffinement d’hommes politiques élevés dans les rangs du parti de masse, qui connaissent les règles de la politique, les préoccupations des masses et les véritables souffrances vécues par les chaque individu à l’intérieur de ce pays. Tout au long de sa vie, vous le trouverez vivre une autre vie qui n’a rien à voir avec la vie des masses laborieuses. Le résultat inévitable est qu’il y aura une séparation nette entre le grand homme d’affaires et le reste de la pauvres, et le résultat est également clair, qui est une augmentation de la pauvreté pour les pauvres et une augmentation de la richesse pour ses compagnons qui ont hérité des chaires et de la décision politique.

Ô pauvre peuple du Maroc, nous marchons avec ce gouvernement, qui a reçu de nombreux titres excitants et étranges, vers l’abîme, et pour être plus réalistes, nous marchons inévitablement avec le grand M. Akhannouch vers l’inconnu, et le mystère , comme ceux qui le connaissent, peut être l’un des scénarios terribles des bains de calomnie vécus par certains pays non musulmans. Dieu nous en préserve, c’est pourquoi le premier homme du Royaume, avec son calme et sa sagesse habituels, doit ramener les choses à la normale en procédant à un ajustement rapide et en recherchant une vision politique proche des groupes les plus nuisibles et en mettant fin à l’état de chaos dans le pays en ce qui concerne les prix élevés et la hausse injustifiée de l’essence, et en ouvrant un vrai dialogue à gracier les journalistes et les prisonniers d’opinion, augmenter les salaires des travailleurs des secteurs public et privé, rechercher de vraies solutions avec tous les secteurs contestataires et ouvrir une nouvelle page pour que les jeunes et les forces de l’opposition puissent exprimer leurs opinions librement et avec audace dans le respect de l’État de droit et les constantes du Royaume.

Signé Abdul Karim Sawra

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *