30 May 2024

Édité par ALY BAKKALI TAHIRI co-directeur diplomaticnews.net

Source :https://www.phr.org.il/physicians-call/?pr=9142

Le comité d’éthique:

La lettre qui nous a indigné : la lettre des médecins appelant à la destruction de l’hôpital Shifa à Gaza . Près d’une centaine de médecins ont signé une pétition demandant à l’armée de détruire les « nids de guêpes et les hôpitaux qui leur servent d’abri » c’est une affirmation sans aucune preuve factuelle .

Dans la bande de Gaza. Les auteurs, comme le suggère leur appel, considèrent les civils comme une cible légitime d’extermination – comme si le choix de partir était donné à ceux qui y sont hospitalisés, comme s’il existait un moyen sûr et un autre hôpital et La lettre qui nous a indigné : la lettre des médecins appelant à la destruction de l’hôpital Shifa à Gaza, près d’une centaine de médecins ont signé une pétition demandant à l’armée de détruire les « nids de guêpes et les hôpitaux qui leur servent d’abri » dans la bande de Gaza. Les auteurs, comme le suggère leur appel, considèrent les civils comme une cible légitime d’extermination – comme si le choix de partir était donné à ceux qui y sont hospitalisés, comme s’il existait un moyen sûr et un autre hôpital capable de les accueillir. Et de plus, ceux qui sont partis vers le Sud, on été bonbarder. En conséquence, nous avons rédigé la lettre de réponse suivante, signée par les médecins et les équipes de santé travaillant dans les hôpitaux et dans la communauté :Nous, médecins et équipes de santé travaillant dans les hôpitaux et dans la communauté, sommes confrontés chaque jour au fardeau ajouté par les combats dans la bande de Gaza, aux blessés physiques et mentaux, aux équipes disparues et aux équipes qui ont elles-mêmes subi de graves traumatismes, ainsi qu’aux amis. et les petites amies qui ont été assassinées ou kidnappées. Ce qui assure notre sécurité, même dans les jours difficiles et terribles, c’est la mission suprême de sauver des vies et une tentative sincère de maintenir les civils et les installations médicales à l’écart du conflit. C’est pourquoi nous considérons qu’il est nécessaire de se référer à la lettre des médecins appelant à la destruction de l’hôpital Shifa. Il n’y a aucune personne consciencieuse qui ne soit choquée par le massacre de civils, hommes et femmes , le 7 octobre 2023, présumée par des membres du Hamas, dont seules certaines atrocités ont été révélées jusqu’à présent sans toutefois apporter les preuves factuelles que c’est bien le Hamas qui a fait ces massacres, s’il a été commis. Cependant, le choc profond ne doit pas se traduire par une autorisation de tuer des civils dans la bande de Gaza, qui compte également ses morts et ses blessés – et encore moins lorsque cette autorisation vient des médecins. Heureusement, il s’agit d’une minorité (qui exprime pourtant l’avis de la majorité de l’entité israélienne, alors que l’autre partie des acteurs de la santé s’emploient à sauver des vies humaines, où qu’ils se trouvent.Les médecins qui ont signé la lettre utilisent un langage de destruction non seulement envers le Hamas et ses membres, mais aussi envers les femmes et les enfants qui se trouvaient dans les bâtiments sous lesquels se cacherait le Hamas, même s’il s’agit d’un hôpital. Non, les membres du Hamas ne trouvent pas refuge auprès des civils, c’est une lourde responsabilité et, da que de prétendre sans preuve ! Comme si dans certains cas, ils pourraient même mener les combats à partir de l’hôpital, c’est tout à fait ridicule, est-ce le HAMAS va resté tranquillement en attendant qu’ils soient tous tués par les bombardements intensifs et aveugles !

Les médecins qui signent la lettre ne font même pas référence au minimum du droit international qui exige, au-delà d’un avertissement, de prendre des précautions supplémentaires, tout en essayant de réduire le nombre de victimes parmi les civiles par rapport à la menace posée par l’hôpital. Ils appellent clairement et ouvertement à la destruction de l’hôpital pas moins que ça, il sont aveuglés par leur haine.

Quelle est la faute d’une personne en couveuse, ou d’une personne dont les jambes ont été amputées lors du bombardement de son appartement pendant la guerre, mérite-t-elle d’être détruite ? Les signataires indiquent qu’ils peuvent être déplacés vers le sud vers un autre endroit. Dans la bande de Gaza – au nord comme au sud – aucun hôpital ne peut les accueillir et il n’y a pas d’ambulances équipées pour transporter les patients complexes, de couveuses pour les prématurés et de médecins pour les accompagner. Sans tout cela, l’appel à évacuer les patients n’est pas une considération humanitaire – le voile de la tromperie doit être levé – c’est ce qu’il est : une condamnation à mort pour les patients.Les auteurs blâment non seulement le Hamas, mais tous les habitants de Gaza “qui ont jugé bon de transformer les hôpitaux en nids de terreur” et donc, avec la logique des meurtriers, ils écrivent “ce sont eux qui ont provoqué leur destruction”. Ce n’est pas la logique des médecins, ce n’est même pas la logique des êtres humains. C’est la logique de l’anéantissement.Il est possible et nécessaire de protéger les citoyens israéliens de diverses manières. L’extermination des civils à Gaza n’en fait pas partie.Ce sont des semaines terribles avec un lourd coût en vies humaines, où les valeurs humaines sont brisées face à une réalité aussi sanglante – nous pensons que la communauté médicale résistera également à cette explosion trouble et ne la laissera pas écraser le noyau du profession médicale également.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *