22 July 2024

Édité par notre Bénévole Lhoucine BENLAIL Directeur Officiel Diplomaticnews.net

Source: MTA

Mohamed Zayan, expert dans le domaine des droits de l’homme au Maroc et à l’étranger. Il suffit qu’il soit le premier à occuper le poste de Ministre des Droits de l’Homme au Maroc pour faire connaître à ses ennemis devant ses amis la taille de l’homme qui, avec son courage et son engagement du côté de la vérité et du droit, a pénétré dans le camp. de « Hassan II » et de son acolyte, « Idriss Basri ».


Un choix qui n’est pas le fruit d’une coïncidence dans un Maroc sortant du scandale des « Années de plomb » vers un autre, plus méprisable et méprisable que « l’Ancien Testament » appelait sans vergogne « gouvernement d’alternance ».
Muhammad Zayan, avocat et juriste, alors qu’il était dans la fleur de l’âge, s’est retrouvé devant le dossier le plus « sale » des dossiers de « l’Ancien Testament », luttant contre le temps et négociant avec toutes les parties pour mettre fin au « crime de Tazmamart ». et avec lui les « crimes d’un régime monstrueux » et de ses partis fidèles depuis plus de cinquante ans de tyrannie et de tyrannie : l’esclavage au fer et aux fouets, et l’enterrement vivant d’innocents sans procès ni avec des dossiers fabriqués de toutes pièces.
À cette époque, il ne pensait pas au « vieil homme des tribunaux » (une description d’appréciation car il n’y a rien de mal chez l’homme), condamné par le gang « Nouvelle ère » à une « mort lente » entre les sous-sols. des prisons de Tamak et des tribunaux du « régime », alors qu’il était en fin de vie (81 ans). 

Mohamed Ziane a accepté la mission, qui a été rejetée par les « opposants » les plus ardents au régime de Hassan II, craignant la colère et l’oppression de Basri.
A cette époque, l’avocat chevronné ne pensait pas à la trahison du régime, des jours et des amis, ni à se venger de « Walidat Al-Basri » (Al-Hamma, Akhannouch, Hammouchi, etc.),

seulement se retrouver à la place de ceux qui les ont défendus, pansé leurs blessures et leur ont ouvert les portes des institutions des droits de l’homme pour qu’ils racontent leurs tragédies et leurs souffrances.
L’emprisonnement de Maître Ziane et le projet de l’assassiner par arrêt cardiaque (un plan satanique qui me rappelle ce que Sissi a fait au président élu d’Égypte) n’est rien d’autre qu’un message malveillant et bombardé adressé à tous ceux qui ont osé imaginer un jour meilleur que ce « monstre ». » régime et ses partisans. Surtout pour ceux qui voulaient jouer au jeu de la politique avec tout le respect et la révérence pour les institutions au lieu du « sacerdoce » et du culte du « Pharaon » et des propriétaires du Pharaon en échange d’une part du gâteau des emprunts internationaux qui ont plongé le pays. et son peuple dans les profondeurs de la Banque mondiale et de la franc-maçonnerie (Akhannouch et ceux qui sont avec lui), d’une part, et l’argent et les bénéfices de la drogue. » Artistes du Golfe.
Tandis que « Sa Majesté » Hammouchi, sur instructions du « Pharaon » et de ses amis, ouvre grand le Maroc aux homosexuels, pédocriminels et ennemis de la patrie, y compris les bourreaux des ravisseurs marocains dans les camps de Tindouf, « l’ère de fer » ferme ses cellules. sur un vieil homme qui a sacrifié ses précieuses et précieuses ressources pour voir sa patrie à l’avant-garde des droits de l’homme et des pays démocratiques.
Est-ce ainsi que la « fauve » récompense ses serviteurs et les serviteurs loyaux et patriotes de la nation ? Mohamed Ziane mérite-t-il une statue à l’exemple de Yauti, qui surveille les intérêts de Paris derrière le consulat de France à Casablanca, avec des regards d’acier qui rappellent aux responsables et élus de Casa Negra l’extension de son pouvoir et de son influence sur eux et le pays?
Aujourd’hui, « Al-Wahsh » a décidé d’éliminer les dernières voix du « Mouvement Rif » suite à une crise cardiaque dans les jours qui ont suivi après avoir été jeté dans les prisons « Tamak » aux côtés de centaines de militants ruraux et de défenseurs des droits de l’homme. Une sale mission assignée à ceux qui devraient être jugés pour violations des droits de l’homme dans le pays et à l’étranger, pour doubler la souffrance de cet activiste et de tous ceux qui ont dénoncé la corruption et les corrupteurs.

« Zefzafi » et ceux qui l’accompagnaient ont été arrêtés.

Le « RIF » a toujours été une équation difficile à vivre pour tout colonisateur et ses acolytes depuis des siècles. Un opposant obstiné qui s’accroche à ses droits les plus élémentaires, notamment le respect de ses habitants. Une position « féroce » pour laquelle les populations rurales se sont battues avec acharnement, ce qui a rendu un régime « brutal » habitué à l’humiliation et à l’asservissement du reste des régions, même si tous les droits y sont faibles.
Après l’hybridation des zones rurales par la « colonisation » avec les Marocains « de l’intérieur » depuis l’époque de feu le roi Hassan II, ce régime a continué à « broyer » la population rurale et à « étouffer » ses révolutions pacifiques visant à revendiquer les droits les plus élémentaires, tels que les hôpitaux, les écoles et les opportunités d’emploi.
Au lendemain du Printemps arabe, les campagnes ont réclamé une série de droits lors de marches pacifiques et organisées, bien loin des misérables « scénarios » revendiqués par les appareils répressifs « hamushites ».
Plus de 173 détenus appartenant aux militants pacifiques du Mouvement Rif croupissent dans les prisons

du régime « monstrueux », et celui-ci ne s’en est pas contenté, c’est pourquoi il a donné l’ordre d’emprisonner des journalistes et des militants des droits de l’homme, et maintenant même des blogueurs et des YouTubeurs.
Le monde assiste à la mobilisation de tout l’appareil du Ladjid contre une femme âgée et illettrée devenue célèbre sur les réseaux sociaux après avoir été « condamnée » par « Bossantiha » Ghulam Ahmed al-Shar’i à une peine d’emprisonnement pour le seul motif qu’elle a obtenu des résultats plus élevés en vues que lui et les absurdités de son maître.
Ce que nous vivons aujourd’hui, c’est la liquidation physique, intellectuelle et morale de toutes les valeurs de la société marocaine par la bande du « Nouveau Testament », qui émet des fatwas pour quitter son mari et adopter la réclusion (Bouzeaiter par exemple), encourageant l’homosexualité ( 

étendant le trafic de drogue dans tous les milieux, même dans les palais où des « artistes » marocains comme Latifa Raafat, Dounia Batma, Asma Lamnour et d’autres organisent des concerts et des soirées.
Nous attendons avec tristesse et regret la nouvelle de la « liquidation » des dernières voix des campagnes, symbole des droits de l’homme après que la « Nouvelle Ère » ait racheté les dettes, les corps et les esprits de ceux que nous avions espéré du bien tout au long de notre vie. les années de plomb avant qu’ils ne deviennent des « aragos » aux mains du « Pharaon » de l’ère royale actuelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *